Un inclassable avec une BD sous forme de recueil de nouvelles…

9782800143576

La vieille dame qui n'avait jamais joué au tennis et autres nouvelles qui font du bien de Zidrou

Dupuis SA (4 septembre 2009) - 2800143576 - Bande Dessinées

Le résumé

"Du moment qu'on rit des choses, elles ne sont plus dangereuses." affirmait Raymond Devos. Comme tous les gens qui savent nous faire rire de nous-même, Benoît Zidrou connaît le poids des choses, la gravité de la vie. En 1997, Philippe Delerm rencontrait un immense succès avec "La première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules". L'évocation simple de petits plaisirs suffisait à lui ouvrir le coeur de milliers de lecteurs.

Benoît Zidrou nous invite à un voyage similaire avec les gens qui nous entourent. Qui ose faire connaissance avec la vieille dame d'en face ? Sait-on qu'elle rêve de jouer sur le court central de Roland Garros ? Qui peut dire que cet homme gris et triste, qui a laissé un fossé se creuser entre lui et ses enfants, sera le premier qui prendra dans ses bras ce petit bout d'homme au corps déformé par la maladie ?

Pour mettre en scène ses quinze nouvelles, Benoît Zidrou a cherché des auteurs sachant manier la bonne dose de réalisme et l'expressivité requise pour être toujours juste : un talent qu'on retrouvait chez tous les auteurs de l'école de Marcinelle (Franquin, Morris, Will...). Les neuf dessinatrices et dessinateurs rassemblés ici (Colombo, Cordoba, Gili, Homs, Hureau, Lafebre, Sempere, Siri, Van Beughen) ont tous cette qualité propre aux grands auteurs de BD : leurs histoires prennent vie sous nos yeux. On les lit la larme à l'oeil et le sourire aux lèvres. On connaissait Benoît Zidrou pour son talent de gagman, on peut désormais savourer son sens de la vie.

L’avis des lecteurs  J 

Une BD surprenante par sa forme, actuellement présentée à la bibliothèque dans le cadre du concours 2011 des coups de coeur des lecteurs de l'Oisans par Al'pages. Ce recueil original est plein de tendresse avec un seul scénariste, Zidrou, et neuf jeunes dessinateurs pour traduire  de manière différente les petits moments extraordinaires de nos vies ordinaires. C'est surprenant et assez agréable.

9782888900221 9782756015163On pense un  peu à "la bicyclette rouge" ou aux histoires d’ "Une sacrée mamie". Mais ces histoires fraîches et émouvantes alternent avec une autre forme : les "intimités" qui, tant par le dessin que par l'histoire, montrent un quotidien cru qui pourtant n'est pas exempt de tendresse. Assez détonnant !

 

&$&$&$&$&$&$&$&$&$&$&$&

 

On continue avec les romans jeunesse, mais pas que pour les ados !

9782070637232 

Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

Gallimard (20 janvier 2011) - 2070637239 - Roman jeunesse

Présentation de l'éditeur

Tout commence sur une route de campagne... Après avoir reçu un message de sa soeur, disparue depuis un an, Anne se lance à sa recherche et passe... de "l'autre côté". Elle se retrouve dans un monde parallèle, un ailleurs dépourvu d'humanité, mais où elle rencontrera cependant des alliés inoubliables. Pour arracher sa soeur à ce monde terrifiant, Anne ira jusqu'au bout, au péril de sa vie. Elle se découvrira elle-même : Terrienne. Vous ne respirerez plus jamais de la même manière.

L’avis des lecteursJ

Le dernier livre de Mourlevat. Après "le combat d'hiver", mon préféré, après "le chagrin du roi mort", un peu plus complexe et embrouillé, voici "terrienne". Le héros est cette fois-ci une héroïne qui se retrouve à passer dans un monde parallèle à la recherche de sa soeur disparue. On suit avec attention ses aventures, ses découvertes et ses errances à travers un monde presque comme le nôtre mais trop policé, trop sur, trop propre... J'ai adoré l'image de ces gens qui un jour, tout simplement, s'arrêtent. Ils s'assoient et ne bougent plus. Ils abandonnent et se laissent aller pour un dernier voyage immobile. Les personnages sont attachants et les points de vue qui alternent permettent de passer de la jeune terrienne au vieillard écrivain, au jeune métis... Vraiment sympa et à conseiller aux grands ados !

&$&$&$&$&$&$&$&$&$&$&$& 

9782081248502

Tout près, le bout du monde de Maud Lethielleux

Flammarion (17 novembre 2010) - 2081248506 - Roman jeunesse

 Amazon.fr:

Moi j'aime bien l'idée du journal. Il paraît que personne ne lira ce que j'écris alors je peux tout dire, c'est pratique, j'aime bien tout dire quand personne ne peut l'entendre. Je sais pas ce que je peux raconter, si je dois dire mon âge et me présenter, par exemple écrire sur la première page " Bonjour, je m'appelle Malo, je viens d'arriver chez Marlène " ou si je dois parler de ce qu'on fait tous les jours, ou plutôt de mes pensées, de mes rêves ou de mes cauchemars. Je sais pas si je peux parler de Jul et de Solam. Je sais pas si je dois expliquer pourquoi je suis là, toute façon, je suis pas sûr et certain de savoir.

L’avis des lecteursJ

Un livre normalement pour les ados mais qui intéressera un public plus large. Une histoire sous forme épistolaire où l'on ne découvre les protagonistes que peu à peu et à travers l'évolution de leurs écrits.

Le bout du monde est le nom d'une ferme perdue au fin fond de nulle part, tenue par Marlène, qui accueille des enfants et adolescents cabossés par la vie. Elle a une technique bien à elle pour leur faire reprendre pied : écrire chaque jour quelques lignes dans un cahier. Ainsi alternent trois voix au style très différent (et que distinguent aussi trois polices de caractères différentes). Chacun de ces trois personnages a sa voix propre, et petit à petit, au fur et à mesure des bribes offertes, le lecteur va comprendre les raisons de leur présence chez Marlène. Une Marlène « famille d'accueil » qui a elle-même ses bleus à l'âme, qui écrit elle aussi chaque soir, même si son texte n'est pas donné à lire. On les voit se reconstruire peu à peu. Pas d'amour larmoyant ni de générosité flamboyante. Non, rien que du quotidien et la vie qui est là, insidieuse, à reprendre ses droits.

Une fois de plus après “J'ai quinze ans et je ne l'ai jamais fait” et “Dis oui”, Ninon, Maud Lethielleux laisse parler sa tendresse pour les laissés-pour-compte, les marginaux, ceux que la société condamne sans prendre le temps de comprendre.