C'était le 19 juillet, un rendez-vous un peu perturbé par la fermeture de la route… Mais le soleil, la bonne humeur et les livres étaient au rendez-vous.

DL 130722-1Avec Anja, Gisèle, Janine, Jeannette, Monique, Patricia et Sandrine

café littéraire - 3

020

41HSG2Z48CL

La Musique du hasard  de Paul Auster

(Traduction de Christine Le Boeuf )

Editeur : Le Livre de Poche (1995)
Collection : Littérature & Documents
ISBN-10: 2253138320
ISBN-13: 978-2253138327

Quatrième de couverture
Séparé de sa femme et de sa petite fille, Nashe se retrouve libre, et riche de 200 000 dollars. Il choisit l'espace - l'espace américain des " road movies ", immense et vide. Jusqu'au jour où la musique du hasard lui suggère une autre aventure : tout miser sur une seule carte... A une liberté vertigineuse va alors succéder, par la grâce de deux milliardaires fous, Flower et Stone, la plus absurde des contraintes. C'est encore de personnages fascinés par leur propre anéantissement que nous entretient l'auteur de L'Invention de la solitude, dans ce roman où l'on retrouve son goût d'une écriture rigoureuse, clinique, et son univers à la fois prosaïque et mystérieusement irréel, décalé .

Amazon.fr
Auster nous convie à une randonnée existentielle : celle d'un homme qui, après avoir confié sa fille à sa sœur, se retrouve sans attache, pris dans le tourbillon d'une errance désespérée qu'il ne comprend pas lui-même. Cette dynamique incontrôlable le pousse à sillonner les Etats-Unis en voiture. Il rencontre, au son de La Musique du hasard, des personnages surgis de nulle part qui vont donner un tour extraordinaire à cette fuite en avant. Il serait criminel d'en révéler plus, tant le suspense est efficace. Disons juste que l'on se retrouve dans une sorte de quatrième dimension où les manipulateurs demeurent invisibles, où les maquettes figurent des maquettes de maquettes, où la fin n'est qu'un recommencement... Le ton se veut neutre et lisse ; il a l'objectivité d'un observateur extérieur. Le caractère imperturbable de la narration n'en sert que mieux la montée de l'angoisse qui, si elle s'accélère par moments, est toujours latente dans cette démonstration du pouvoir catalyseur et versatile de l'argent. --Sana Tang-Léopold Wauters

L’avis des lecteurs   057

Très intelligent, et bien écrit, ce récit sur la perte du sens commun décrit un monde extraordinaire mais à la fois très banal et vraisemblable qui poussent les personnages jusqu'à leurs dernières limites, dans une logique absurde et pourtant si logique et rationnelle. On ne peut s'empêcher de se dire " Ça pourrait arriver"… « La Musique du Hasard » est un grand Paul Auster, un de ces (ses) romans qui, même après plusieurs lectures, continue à fasciner.

020

41+XkfDlgBL

Chronique d'hiver de Paul Auster

(Traduction de Pierre Furlan)

Editeur : Leméac (2 mars 2013)
Collection : ROMANS, NOUVELL
ISBN-10: 2330016328
ISBN-13: 978-2330016326

Trente ans après L'Invention de la solitude, Paul Auster pose sur son existence le regard du sexagénaire qu'il est devenu. Bien loin, cependant, du journal intime ou du classique récit autobiographique, cette Chronique d'hiver aborde la méditation sur la fuite du temps sous l'angle du compagnonnage que tout individu entretient avec son propre corps. C'est en effet de respiration, de sensation, de jouissance ou de souffrance, d'épiphanies charnelles ou de confrontations plus ou moins traumatiques avec la matière du monde qu'il est question à travers l'évocation, à la deuxième personne, d'un simple petit Américain du nom de Paul Auster, né dans l'immédiat après-guerre, et requis d'apprivoiser les espaces et le temps qui lui ont été impartis. Dans ces pages aussi sincères que retenues, Paul Auster se décrit moins en littérateur qu'en acteur convoqué sur la scène troublée de l'existence pour y incarner, à son tour, toute l'ardeur des passions humaines. De cet homme-cicatrice dont le corps exulte ou somatise, de ce fils hanté par la mort prématurée de son père et tourmenté par le destin chaotique de sa mère, de l'heureux citoyen de Brooklyn, époux et père aujourd'hui comblé, de cet héritier d'une lointaine Europe, amateur de base-ball, fumeur invétéré et romancier fécond, de cet homme, enfin, qui souffre de ne pouvoir ou de ne savoir pleurer, le lecteur entendra ici le "grain de la voix" surgissant du savant puzzle où se déconstruit toute représentation univoque du moi afin que se produise, sous le signe d'une humanité partagée, la plus loyale des rencontres.

L’avis des lecteurs   057

Un peu à part dans l'œuvre de Paul Auster puisqu’autobiographique. Le jeu du "tu" pour dire "je"…est très habile, il crée une intimité plus forte encore avec l'auteur et peut se comprendre comme un dialogue entre l’auteur et son héros Paul Auster.
Un livre plein d'humour, de dérision, d'anecdotes, vraiment réjouissant.


Paul Auster est un écrivain américain né en 1947 à Newark, New Jersey, aux États-Unis. Une partie de son œuvre évoque la ville de New York, notamment le quartier de Brooklyn où il vit. D'abord traducteur de poètes français, il écrit des poésies avant de se tourner vers le roman et à partir des années 1990 de réaliser aussi quelques films. Marié puis séparé de l'écrivaine Lydia Davis, il s'est remarié en 1981 avec une autre romancière, Siri Hustvedt. Il a deux enfants également artistes, le photographe Daniel Auster et la chanteuse Sophie Auster.

Ni autobiographie, ni mémoires, ni même un récit, confie l’écrivain dans un entretien au magazine Lire (mars 2013), « je voulais écrire quelque chose sur mon corps ». Et il est vrai que le corps tient une part importante dans cette Chronique d’hiver. Que ce soit par son éveil à la vie, ses problèmes de santé ou encore par la mort de ses proches, comme sa mère décédée et longuement évoquée ici. Il aborde aussi ses origines juives, ses femmes et ses enfants, les lieux où il a habité, le terrible accident de voiture dont lui et sa famille se sont tirés indemnes par miracle, bref, même si Paul Auster le conteste, le lecteur y verra une autobiographie mais écrite avec beaucoup de style et d’élégance.
Chronique d’hiver est le premier volet d’un diptyque dont le second volet, déjà écrit mais non paru, s’appellera Report from the Interior et sera consacré à son aventure spirituelle et intellectuelle, ce qui théoriquement devrait être encore plus passionnant. --Eminian

 

020

418Hld1azQL

Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi  de Jean-Christophe Rufin

Editeur : Guérin (5 avril 2013)
Collection : DEMARCHES
ISBN-10: 2352210615
ISBN-13: 978-2352210610

Jean-Christophe Rufin a suivi à pied, sur plus de huit cents kilomètres, le «Chemin du Nord» jusqu'à Saint-Jacques-de-Compostelle. Beaucoup moins fréquenté que la voie habituelle des pèlerins, cet itinéraire longe les côtes basque et cantabrique puis traverse les montagnes sauvages des Asturies et de Galice.
«Chaque fois que Ton m'a posé la question : "Pourquoi êtes-vous allé à Santiago ?", j'ai été bien en peine de répondre. Comment expliquer à ceux qui ne l'ont pas vécu que le Chemin a pour effet sinon pour vertu de faire oublier les raisons qui ont amené à s'y engager ? On est parti, voilà tout.»
Galerie de portraits savoureux, divertissement philosophique sur le ton de Diderot, exercice d'autodérision plein d'humour et d'émerveillement, Immortelle randonnée se classe parmi les grands récits de voyage littéraires.

Jean-Christophe Rufin, médecin, pionnier du mouvement humanitaire, a été ambassadeur de France au Sénégal de 2007 à 2010. Il est l'auteur de romans désormais classiques tels que L'Abyssin, Globalia, Rouge Brésil, prix Concourt 2001. Il est membre de l'Académie française depuis 2008.

 L’avis des lecteurs   057

Rufin a pris le chemin du nord, celui de la montagne, plus difficile et moins fréquenté que le Camina francès. Plein d'humour, Rufin croque avec dérision portraits et sensations de son long cheminement, embarque son lecteur avec des anecdotes pittoresques et une autodérision salutaire. Il décortique le « façonnage du marcheur » au fil des jours et des kilomètres… La dimension spirituelle et religieuse est là, mais le coté « pratique » prend souvent le pas : quand et où manger, où trouver à boire, comment soigner ses ampoules, comment dormir - Mais le chemin finit bientôt par hanter celui qui s'y était nonchalamment embarqué. « En partant pour Saint Jacques je ne cherchais rien et je l'ai trouvé. »


Pour poursuivre le chemin, un livre après un autre, voir

51rrhRbaPDL

En avant, route ! d'Alix de Saint-André

Editeur : Folio (16 juin 2011)
Collection : Folio
ISBN-10: 2070440761
ISBN-13: 978-2070440764

Quatrième de couverture
Alix de Saint-André a pris trois fois la route de Compostelle. La première fois, elle est partie de Saint-Jean-Pied-de-Port, sur le chemin français, avec un sac plein d'idées préconçues, qui se sont envolées une à une, au fil des étapes. La deuxième fois, elle a parcouru le «chemin anglais» depuis La Corogne, lors d'une année sainte mouvementée. L'ultime voyage fut le vrai voyage, celui que l'on doit faire en partant de chez soi. Des bords de Loire à Saint-Jacques-de-Compostelle, de paysages sublimes en banlieues sinistres, elle a rejoint le peuple des pèlerins qui se retrouvent sur le chemin, libérés de toute identité sociale, pour vivre à quatre kilomètres-heure une aventure humaine pleine de gaieté, d'amitié et de surprises. Sur ces marcheurs de tous pays et de toutes convictions, réunis moins par la foi que par les ampoules aux pieds, mais cheminant chacun dans sa quête secrète, Alix de Saint-André, en poursuivant la sienne, empreinte d'une gravité mélancolique, porte, comme à son habitude, un regard à la fois affectueux et espiègle.
Biographie de l'auteur
Alix de Saint-André a été journaliste, grand reporter de presse écrite (Le Figaro-Magazine, Elle) et chroniqueuse de télévision (Canal+) avant de se consacrer à la littérature. Après un roman policier, un essai théologique, un roman d'aventures historiques, l'hagiographie de sa nounou et le récit de sa folle histoire d'amour avec Malraux et la littérature. En avant, route ! est le récit picaresque de ses trois équipées pédestres à Saint Jacques-de-Compostelle.

020

41ey8tCYb2L

Ta mort sera la mienne de Fabrice Colin

Editeur : Sonatine (28 mars 2013)
ISBN-10: 2355841799
ISBN-13: 978-2355841798

Une soixantaine d’étudiants, un motel grand luxe dans les plaines de l’Utah : tout est prêt pour un séminaire littéraire de rêve. Et puis, au soir du premier jour, un homme arrive, coiffé d’un casque de moto, et sort un fusil à pompe de son sac. Le rêve tourne au cauchemar. Terrifiée, rendue à moitié sourde par les détonations, une jeune fille trouve refuge dans une chambre où se terre déjà Karen, sa conseillère d’éducation. À voix basse, les deux femmes engagent la conversation. Karen en est sûre : elle connaît le tueur. Obèse, mélancolique, Donald traîne son spleen existentiel en attendant la retraite. Il aurait voulu être indien ; il n’est que chef de la police. Ce soir-là, un mail arrive au poste. Prise au coeur d’une fusillade dans un motel de Moab, une employée appelle au secours. Dans le miroir des toilettes, l’homme en larmes, effaré, contemple son reflet. Ce motel-là, songe-t-il. Précisément aujourd’hui. Il s’appelle Troy, mais les noms n’ont plus d’importance. La fin du monde approche. Oh, il ne la craint pas. Le Feu du Ciel, il le sait, l’épargnera. En attendant, Troy s’arrête dans des diners, Troy parle à des gens, Troy baise, médite, et serre les poings. Dans sa tête : la rumeur grandissante d’avant l’apocalypse. Dans son sac de hockey : un fusil à pompe calibre 12. Trois voix, trois personnages, trois destins irrémédiablement liés – sur les terres tragiques du rêve américain et de l’illusion mortelle. Quatre fois lauréat du grand prix de l’Imaginaire, Fabrice Colin s’est illustré dans de nombreux domaines des littératures de genre. Après Blue Jay Way, Ta mort sera la mienne est son deuxième roman publié par Sonatine.

 L’avis des lecteurs   057

Totalement inclassable. S'il est difficile d'entrer dans cette sombre histoire à plusieurs voix, il est ensuite impossible de s'en détacher. Un récit qui force le lecteur à s'accrocher, tant en raison de sa structure que de son contenu ; un récit qui (dé)noue.


La scène initiale décrit le début du carnage. Puis un profond malaise, récurrent, s'immisce alors insidieusement au fil des phrases, principalement lorsque Troy évoque son enfance au (Mal nommé) "Refuge", une île sur laquelle vivent reclus les membres d'une secte s'adonnant en toute impunité à leurs penchants pervers. Par touches infimes, il faut reconstituer la toile de Souffrance qui met en évidence les destins indissolublement entremêlés des "héros" : le chemin de croix de Troy ; la recherche perpétuelle de Karen ; le remords incarné en Donald. Un puzzle pas toujours évident à assembler. La fin est paroxystique, avec une émotion pourtant présente, à la fois à travers les mots/maux relatifs à Troy, après l'innommable, que dans ceux évoqués par Donald.

020

51P75lSkpzL

Ce Que le Jour Doit a la Nuit de Yasmina Khadra

Editeur : JULLIARD (21 août 2008)
ISBN-10: 2260017584
ISBN-13: 978-2260017585

« Mon oncle me disait ; « Si une femme t'aimait, et si tu avais la présence d'esprit de mesurer l'étendue de ce privilège, aucune divinité ne t'arriverait à la cheville. » Oran retenait son souffle en ce printemps 1962. La guerre engageait ses dernières folies. Je cherchais Emilie. J'avais peur pour elle. J'avais besoin d'elle. Je l'aimais et je revenais le lui prouver. Je me sentais en mesure de braver les ouragans, les tonnerres, l'ensemble des anathèmes et les misères du monde entier. » Yasmina Khadra nous offre ici un grand roman de l'Algérie coloniale (entre 1936 et 1962) une Algérie torrentielle, passionnée et douloureuse et éclaire d'un nouveau jour, dans une langue splendide et avec la générosité qu'on lui connaît, la dislocation atroce de deux communautés amoureuses d'un même pays

 L’avis des lecteurs   057

Indispensable pour comprendre une certaine Algérie, tant musulmane qu'européenne, passée ou présente, et un souffle évocatoire puissant qui dépasse largement la seule histoire d'amour. Remarquable !
On notera aussi le style de Khadra, mélange de littéraire de haut niveau et de langue parlée.

Après Les hirondelles de Kaboul, L'attentat, Yasmina Kahdra continue de toucher au plus profond, d'expliquer… Cet ancien officier de l'armée algérienne, réussit à témoigner de son amour pour son pays. Refusant la nostalgie, pour assumer le passé, en saisir sa profondeur, évitant de juger l'histoire, il milite pour l'avènement d'une société libre, épanouie, dans laquelle hommes et femmes ont pleinement droit de cité.


"Ce que le jour doit à la nuit" exprime cet amour de son pays. La France fut présente ni en touriste, ni en esclavagiste. L'histoire est plus nuancée. La France s'y investit ; qui ? Des Espagnols, des Juifs, des Alsaciens fuyant l'occupation allemande au sortir de la guerre de 1870-1871, des aventuriers,... Commerçants, artisans, agriculteurs, industriels ; riches, pauvres. Peut-on brosser un portrait unique du colon ? Quelle signification apposer à ce terme ? Yasmina Kadhra démontre dans son roman que la réalité est tellement plus complexe, riche, pétrie de l'humain, de ses faiblesses, défaillances,... De ses fiertés, honneurs. Quelle fresque !



Plus de un million d'exemplaires de ce livre a été acheté en Algérie. Le succès est populaire d'un côté et de l'autre de la Méditerranée, gage d'un avenir à construire ensemble.
L'adaptation cinématographique par le juif pied-noir d'Algérie, Alexandre Arcady, est d'une très grande sensibilité.

020

413D4y1sj-L

Le veau suivi de le coureur de fond de Yan Mo 

(Traduction de François Sastourné)

Editeur : Seuil (4 octobre 2012)
Collection : Roman
ISBN-10: 2021024016
ISBN-13: 978-2021024012


Mêlant souvenirs et imagination débordante, ces deux nouvelles que relient l'attachement de Mo Yan à l'enfance, à sa province natale et au monde animal, décrivent une Chine rurale où la débrouillardise permet d'affronter la dure réalité. Mo Yan lui-même s'y dévoile comme jamais, en adolescent turbulent et bavard aux prises avec la souffrance du veau, la misère, et la ruse infinie des hommes, ou en observateur de dix ans, candide et curieux, de la course de fond organisée par l'école. A chaque tour de piste, c'est la surprise, le suspense grandit tandis que l'enfant dresse un tableau truculent de la vie de son canton dans les années soixante. Mo Yan laisse exploser avec délices la malice et l'énergie de l'enfance, la bonhomie, le courage et l'humour vache du monde paysan soumis aux lois absurdes de l'époque maoïste.

Mo Yan, né dans le Shangdong en 1955, est désormais un écrivain universellement reconnu. Une quinzaine de ses romans et nouvelles sont traduits en français et publiés au Seuil dont Beaux Seins, belles fesses (2004), Le Maître a de plus en plus d'humour (2005), Le Supplice du santal (2006), Quarante et un coups de canon (2008), La Dure Loi du karma (2009) et Grenouilles (2011).

L’avis des lecteurs   057

Ces deux nouvelles dans le style de Mo Yan durant la période d'envoi à la campagne de la Révolution Non-culturelle sont traduites de manière parfois un peu naïve. Centré à chaque fois autour de personnages atypiques ou décalés, sur des trames originales, castration de trois veaux par exemple, l'auteur, avec humour, ironie et réalisme monte l'absurdité d'un système, de l'autocensure, des œillères avec une présence de la chaire, la rondeur des femmes et de la taille des testicules. Faciles, drôles et sans prétentions, les deux textes offrent un plaisir au lecteur et suscitent le sourire au fil des pages.

020

310A5TRNqNL

Le sermon sur la chute de Rome  de Jérôme Ferrari

Editeur : Actes Sud Editions (22 août 2012)
Collection : Domaine français
ISBN-10: 2330012594
ISBN-13: 978-2330012595

Empire dérisoire que se sont constitué ceux qui l’ont toujours habité comme ceux qui sont revenus y vivre, un petit village corse se voit ébranlé par les prémices de sa chute à travers quelques personnages qui, au prix de l’aveuglement ou de la corruption de leur âme, ont, dans l’oubli de leur finitude, tout sacrifié à la tyrannique tentation du réel sous toutes ses formes, et qui, assujettis
aux appétits de leur corps ou à leurs rêves indigents de bonheur ou d’héroïsme, souffrent, ou meurent, de vouloir croire qu’il n’est qu’un seul monde possible.

Né à Paris en 1968, Jérôme Ferrari a enseigné en Algérie puis en Corse. Depuis septembre 2012, il est en poste dans les Emirats arabes unis. Chez Actes Sud, il est l'auteur de quatre romans : Dans le secret (2007; Babel n° 1022), Balco Atlantico (2008), Un dieu un animal (2009, prix Landerneau ; Babel n ° 1113) et Où j'ai laissé mon âme (2010, prix du roman France Télévisions, prix Initiales, prix Larbaud, grand prix Poncetton de la SGDL).

L’avis des lecteurs  055

Grosse déception pour ce livre qui n'a plu ni par le fond, ni par le style !

020

41dX97vly+L

Et puis, Paulette... de Barbara Constantine

Editeur : Calmann-Lévy (4 janvier 2012)
Collection : Littérature Française
ISBN-10: 2702142788
ISBN-13: 978-2702142783

Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…

Barbara Constantine rêvait depuis toute petite d’être indienne. Elle devient de plus en plus indrienne (habitante de l’Indre). C’est presque. Et puis, Paulette… est son quatrième roman, après Allumer le chat, À Mélie, sans mélo et Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom, tous publiés chez Calmann-Lévy. Elle écrit aussi pour la jeunesse.

L’avis des lecteurs   057
De l'utopie, de l'humour, de la générosité : on trouve tout cela dans ce roman. Dès le début du récit, on sourit avec la dodoche, les roues dérapant sur les graviers au bord du chemin, la gentillesse pleine de scrupules du héros principal, les titres des chapitres courts…
Un coup de cœur pour cette histoire de solidarité et de 2e chance, une merveille de tendresse et d'amitié, de simplicité touchante, à suivre ces vieux qui se prennent en et la main pour ne pas être seuls et juste subir les aléas de la vie. Il y a un air de Gavalda dans ces personnages attachants avec leurs défauts, leurs faiblesses et leur amour de la vie. Il y a des clichés, des incohérences, c'est vrai, mais on a envie d'y croire et d'être ému. On ressort de ce livre le sourire aux lèvres et plein d'optimisme et d'humanisme, se demandant si la coloc des retraités, c'est si bête que ça… Barbara Constantine nous offre ici un roman truculent, loin de la caricature et de la mièvrerie. On rit, on s'émeut, on jubile, on s'attache inéluctablement aux personnages, lesquels nous accompagnent encore bien longtemps, la lecture achevée.

020

Enfin, un petit rappel des livres en concours pour le « Coup de cœur Al'Pages », dont le thème de la littérature humoristique est apprécié en cette période estivale.

La « feuille de notes », disponible à la bibliothèque et au relais lecture, est à rendre avant début septembre, sachant qu’il n’y a pas d’obligation de lire tous les documents.

La soirée de remise de prix du coup de cœur des lecteurs aura lieu le 7 octobre à Venosc.

41DUfZP2X0LMon pire ennemi est sous mon chapeau de Laurent Bénégui

Depuis quelque temps, Laurent est à cran. Le laboratoire de génétique où il était chercheur l'a licencié et son médecin lui a découvert une forte hypertension artérielle. Bon, vous me direz qu'il y a des millions de gens comme lui dans notre pays. Mais le vrai problème de Laurent, c'est qu'il vit avec Juliette, de vingt ans sa cadette. Pour lui cacher qu'il est au chômage, persuadé qu'il doit paraître invulnérable en toutes circonstances, il se lance dans des larcins de proximité. Mais son entrée maladroite dans la délinquance va l'entraîner dans une spirale incontrôlée, aussi hilarante que périlleuse... Bandit, c'est comme tout, ça s'apprend. De livre en livre, Laurent Bénégui poursuit sa conquête de lecteurs, de plus en plus nombreux à savourer la drôlerie de son imagination. Il allie dans ce livre une histoire désopilante, comme il sait seul les inventer, et un suspense policier implacable. Son talent n'a pas échappé aux producteurs (d'autant qu'il est par ailleurs réalisateur) puisque ses deux derniers romans, Le Jour où j'ai voté pour Chirac et SMS, sont déjà en cours d'adaptation cinématographique.


 41TKteSjCjLDu trapèze au-dessus des piranhas d'Yves Bourdillon

Comment monter une entreprise malgré les cris d'épouvante de ses proches ? rompre sur un tapis roulant ? et préserver sa santé mentale lors d'un conseil de classe ? Voilà quelques-uns des nombreux problèmes que doit affronter Fred Beaumont, journaliste dans un quotidien régional, après avoir décidé, sur un coup de tête, de réaliser enfin tous ses rêves d'ado en même temps: se mettre à son compte (fantasme d'un Français sur trois), retrouver un amour de jeunesse et gravir un sommet de l'Himalaya. Mais il n'avait pas prévu qu'il devrait s'occuper, seul à Paris, de sa cancre de fille et affronter des clients particulièrement capricieux. Sans oublier les raffinements bureaucratiques d'une société qui, dans les discours, appelle à "se réaliser" et à "prendre des risques ", tout en incitant chacun, en réalité, à n'en rien faire. Sous cette comédie aux dialogues crépitants perce une radiographie des contradictions de notre société, dans un registre oscillant entre humour et burlesque.


 417BzuaP1rLPetites Histoires de Deux Jumeaux Encordes de Francesco et Roberto Dragosei

Sont tout pareils, les jumeaux. Font tout pareil. Bobbi fait de l'escalade, Checco aussi. Si Bobbi est devant, Checco est derrière. Et si Checco est devant... Bobbi suit. Chacun à un bout de la corde, une corde à double - deux brins pareils - comme il convient à de vrais jumeaux. Des homozygotes ! L'humour manque parfois aux grimpeurs, et plus encore l'autodérision. Bobbi et Checco ne se prennent pas au sérieux. Leurs maladresses, leurs errances, leurs hésitations et même leurs triomphes sont l'occasion de rire d'eux-mêmes. Les Jumeaux, c'est Don Quichotte et Tartarin saisis par l'humour !


 41Rp1Lf4X9LLes tribulations d'un lapin en Laponie de Tuomas Kyrö

C'est pour offrir à son fils Miklos des chaussures de foot à crampons que Vatanescu quitte sa Roumanie natale et part mendier sur les trottoirs de Helsinki. Mais sous l'impitoyable férule d'un trafiquant russe, les affaires tournent vite au vinaigre. Sans papiers, pourchassé par la mafia et par la police, notre Candide contemporain entame un long périple jusqu'en Laponie, en compagnie d'un lapin dont il a sauvé la vie dans un jardin public. Leur épopée sera jalonnée de rencontres et de personnages hauts en couleur, faite de péripéties plus burlesques les unes que les autres. Les tribulations d'un lapin en Laponie impose Tuomas Kyrö comme le fils spirituel d'Arto Paasilinna. Il partage avec le grand romancier finlandais le sens de l'épopée bucolique et l'art de croquer avec tendresse les loufoqueries de ses contemporains.

Les tribulations d'un lapin en Laponie impose Tuomas Kyrö comme le fils spirituel d'Arto Paasilinna. Il partage avec le grand romancier finlandais le sens de l'épopée bucolique et l'art de croquer avec tendresse les loufoqueries de ses contemporains.


 51mrP+oTkbLSans âme (Le Protectorat de l'ombrelle, tome 1) de Gail Carriger

Miss Alexia Tarabotti doit composer avec quelques contraintes sociales. Primo, elle n’a pas d’âme. Deuxio, elle est toujours célibataire. Tertio, elle vient de se faire grossièrement attaquer par un vampire qui ne lui avait même pas été présenté ! Que faire ? Rien de bien, apparemment, car Alexia tue accidentellement le vampire. Lord Maccon – beau, compliqué, écossais et loup-garou – est envoyé par la reine Victoria pour démêler l’affaire. Des vampires indésirables s’en mêlent, d’autres disparaissent, et tout le monde pense qu’Alexia est responsable. Mais que se trame-t-il réellement dans la bonne société londonienne ? Vampires, loups-garous et aristocrates : un réjouissant mélange de romanesque et de fantastique !


 51OambsBMMLBon rétablissement de Marie-Sabine Roger

« Depuis que je suis là, le monde entier me souhaite bon rétablissement, par téléphone, mail, courrier, personnes interposées. Par pigeons voyageurs, ça ne saurait tarder. Bon rétablissement. Quelle formule à la con ! »
« Veuf, sans enfants ni chien », Jean-Pierre est un vieil ours bourru et solitaire, à la retraite depuis sept ans. Suite à un accident bien étrange, le voilà immobilisé pendant des semaines à l'hôpital. Il ne pouvait pas imaginer pire. Et pourtant, depuis son lit, il va faire des rencontres inattendues qui bousculeront son égoïsme… Avec sa verve habituelle et son humanisme, Marie-Sabine Roger nous offre une nouvelle fois une galerie de portraits hauts en couleur. C'est un tableau doux-amer qu'elle peint de l'hôpital, avec l'humour et le sens de la formule qui la caractérisent, et qui ont fait le succès de ses deux précédents romans, La tête en friche et Vivement l'avenir.


 51OPOWMY+hLDemain j'arrête ! de Gilles Legardinier

Comme tout le monde, Julie a fait beaucoup de trucs stupides. Elle pourrait raconter la fois où elle a enfilé un pull en dévalant des escaliers, celle où elle a tenté de réparer une prise électrique en tenant les fils entre ses dents, ou encore son obsession pour le nouveau voisin qu'elle n'a pourtant jamais vu, obsession qui lui a valu de se coincer la main dans sa boîte aux lettres en espionnant un mystérieux courrier...
Mais tout cela n'est rien, absolument rien, à côté des choses insensées qu'elle va tenter pour approcher cet homme dont elle veut désormais percer le secret. Poussée par une inventivité débridée, à la fois intriguée et attirée par cet inconnu à côté duquel elle vit mais dont elle ignore tout, Julie va prendre des risques toujours plus délirants, jusqu'à pouvoir enfin trouver la réponse à cette question qui révèle tellement : pour qui avons- nous fait le truc le plus idiot de notre vie ?
Avec cette première comédie, Gilles Legardinier, déjà remarqué pour ses deux thrillers L'exil des Anges et Nous étions les hommes, révèle une nouvelle facette d'une imagination qui n'a pas fini de surprendre. Drôle, percutant, terriblement touchant, son nouveau roman confirme ce que tous ceux qui ont lu un de ses livres savent déjà : Gilles a le don de raconter des histoires originales qui nous entraînent ailleurs tout en fraisant résonner notre nature la plus intime. Voici un livre qui fait du bien !


 

51OYqWhnqzLLe vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire de Jonas Jonasson

Le jour de ses cent ans, alors que tous les notables de la ville l'attendent pour célébrer l'événement, Allan Karlsson s'échappe par la fenêtre de sa maison de retraite quelques minutes avant le début de la fête organisée en son honneur. Ses plus belles charentaises aux pieds, le vieillard se rend à la gare routière, où il dérobe une valise dans l'espoir qu'elle contienne une paire de chaussures. Mais le bagage recèle un bien plus précieux chargement, et voilà comment Allan se retrouve poursuivi par la police et par une bande de malfrats… Commence alors son incroyable cavale à travers la Suède, mais aussi, pour le lecteur, un étonnant voyage au coeur du XXe siècle, au fil des événements majeurs auxquels le centenaire Allan Karlsson, génie des explosifs, a été mêlé par une succession de hasards souvent indépendants de sa volonté.
Ce livre a déjà été commenté lors de plusieurs cafés littéraires : , et