Livres et Palabres

19 janvier 2017

Dernière minute festival : Des dédicaces samedi

Deux dédicaces sont organisées le même jour, samedi 21 janvier, à l’occasion du festival du film de comédie :

 

 

Le-Caeur-sur-la-main_width1024Son-livre-confession_width1024Valérie Damidot avec son livre

« Le cœur sur la main, le doigt sur la gâchette »,

une autobiographie qui fait déjà le buzz sur son enfance et surtout sa relation avec un homme violent.

Valérie Damidot s'est fait connaître du public en animant une très populaire émission de décoration. Connue pour son franc-parler et un sens de l'humour redoutable, elle lève le voile pour la première fois sur sa vie privée, revenant sur ses quatre cents coups avec ses copains en banlieue, mais aussi sur les blessures qu'elle a longtemps tenu cachées. Résolument positive, elle se livre sur ce qui l'a aidée à se construire, à devenir cette femme épanouie et populaire : les rencontres amicales ou professionnelles qui lui ont permis de changer la donne alors qu'elle n'avait pas les meilleures cartes en main, son bonheur d'être mère, sans oublier ses coups de gueule, ce qui la révolte ou les dessous de la télé...
Un récit à son image, sans langue de bois, entier, aussi émouvant que drôle.

 

Valérie Damidot sera dans la galerie des Bergers à partir de 16 h 00

 

 

 

2048x1536-fit_julien-gerard-camyGérard Camy avec « Sport & cinéma », 216x0

un ouvrage de référence unique, cosigné par Gérard et Julien Camy, président de Cannes cinéma et journaliste.

Le premier livre sur le Sport et le Cinéma, une oeuvre majeure avec des textes originaux de grands réalisateurs et de grands sportifs portés par des photos inédites et extraordinaires.
C’est un travail de plus de deux ans d’écriture et de recherches iconographiques.
Un territoire infini et passionnant à explorer dans cet ouvrage de plus de 400 pages.
Le sport au cinéma, c’est beau, tragique, envoûtant, drôle…

 

Gérard Camy sera au bar le QG du palais de 15 h 00 à 18 h 00.

 

Posté par sandrinedhuez à 09:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


14 janvier 2017

L'art en palabres de janvier : Quand la Science-Fiction prédit l'avenir !

Pour l’écrivain Bernard Werber : « L’auteur de science-fiction remplace la fonction d’astrologue et de chamane. Dans toutes les cultures et à travers les siècles, il a toujours existé des gens qui étaient chargés de voir le futur. Ces fonctions, souvent ridiculisées, sont aujourd’hui délaissées. Cette tâche revient désormais aux auteurs de science-fiction. Leur avantage est qu’ils n’ont aucune obligation de véracité. »

Les écrivains de science-fiction savent inventer des personnages rocambolesques, des gadgets insolites ou des histoires qui paraissent souvent surréalistes, mais parfois leurs livres retentissent bien plus tard, comme de véritables prédictions. Voici quelques exemples d’auteurs qui ont su, avant tout le monde, ce que serait notre monde.

9782070365975-180x300

Dans son roman, Les voyages de Gulliver, daté de 1735, Jonathan Swift prédit que Mars possède deux lunes et se risque même à donner leur période de rotation et leur distance par rapport à la planète : « Ils [les Laputiens] ont également découvert deux étoiles mineures, ou satellites, qui tournent autour de Mars ; la plus intérieure distante de la planète d’exactement trois diamètres, et la plus extérieure de cinq ; la première fait un tour dans l’espace en dix heures, et la seconde en vingt et une heure et demi. »

Ce n’est seulement qu’en 1877 que les scientifiques confirment l’existence de 2 satellites naturels de la planète rouge : Phobos et Déimos. Il s’agit de deux petits corps qui orbitent à quelques milliers de kilomètres de Mars. Leur période de révolution sont de 7h39min et de 30h18min. Voltaire fait lui aussi une allusion à ces 2 lunes de Mars, en 1752 dans Micromégas : « ils côtoyèrent la planète de Mars, qui, comme on sait, est cinq fois plus petite que notre petit globe ; ils virent deux lunes qui servent à cette planète ».

61EZq3-9CZL 61cjit7B4QL 51tfjSLDMzL

 

 Publié en 1865, le roman d’anticipation De la Terre à la Lune de Jules Verne est une référence dans le domaine de la science-fiction. Celui-ci fait référence au lancement de modules lunaires depuis la Floride et qui reviendraient sous forme de capsules d’amerrissage (extrait y faisant référence). Qui aurait cru qu’il s’agissait là d’un voyage dans l’espace mais aussi dans le temps, puisque près de 100 plus tard, 1969 marque le lancement de la première mission Apollo.

De la même manière, le roman prédit l’utilisation d’une voile solaire. C’est pourtant seulement très récemment, en 2010 que la 1ère voile solaire (IKAROS de l’agence spatiale japonaise) est lancée avec succès. Il s’agit d’un dispositif utilisant la pression de radiation des étoiles pour se déplacer dans l’espace comme un voilier. Plus tard, d’autres auteurs de romans de science-fiction ont imaginé ce type de voile solaire, comme Gérard Klein dans les voiliers du soleil en 1961, ou plus récemment Le Papillon des étoiles de Bernard Werber.

Jules Verne ne cesse d’impressionner par sa clairvoyance. Avec ce roman daté de 1870, Vingt mille lieues sous les mers, il nous offre le grand, le magnifique Nautilus : un sous-marin électrique. Il écrit : « Le Nautilus descendit plus bas encore, malgré les puissantes pressions qu’il subissait. Je sentais les tôles trembler sous la jointure de leurs boulons ; ses barreaux s’arquaient ; ses cloisons gémissaient ; les vitres du salon semblaient se gondoler sous la pression des eaux. Et ce solide appareil eut cédé sans doute, si, ainsi que l’avait dit son capitaine, il n’eut été capable de résister comme un bloc plein. ».

Les premiers sous-marins électriques n’apparaissent que plus tard. On peut noter la conception du premier sous-marin électrique par le polonais Stefan Drzewiecki, en 1884, puis du premier sous-marin militaire pleinement opérationnel électrique en 1888.

En 1910, Jules Verne écrit La Journée d’un journaliste américain en 2889. Un roman qui se veut d’anticipation, suivant ainsi la description d’un monde futuriste faite par un journaliste. Ainsi, on peut y voir des avions écrivant dans le ciel (« skywriting« ), mais aussi des conversations vidéos grâce au« phonotéléphote ».

5 ans plus tard, en 1915, un avion fait la démonstration de l’écriture dans le ciel au salon de l’aéronautique de San Francisco. Une première mondiale qui rappelle grandement les descriptions faites par Jules Verne. Puis en 1964, c’est à l’exposition universelle que le PicturePhone d’AT&T fait sa première apparition devant le public.

51jcX7i4AUL

 On retrouve Picture Phone d’AT&T dans cet objet plat et rond que l’on tient dans les mains et avec lequel on peut parler à une autre personne tout en la voyant, de E.M. Forster dans La Machine S’arrête datant de 1909. L’invention de Forster résonne comme une prédiction puisqu’il y décrit parfaitement une conversation Skype de notre époque.

51WHHJPKcUL  51BU29ID-XL

En 1888, Edward Bellamy publie Looking Forward (en français Cent ans après ou l’An 2000 - Le futur antérieur). Un roman d’anticipation fascinant qui regorge d’inventions extraordinaires, et parmi elles : les cartes de crédit. Et à quelques dizaines d’années près, Bellamy avait totalement vu juste. C’est entre 1914 et 1950, que les premières cartes de crédit voient le jour. Aujourd’hui, monnaie courante, nos cartes de paiement ne nous quittent presque plus.

51GMclpY8CL 

 Dans le roman A JOURNEY IN THE OTHER WORLDS datent de 1894, John Jacob Astor IV imaginait un petit robot monté sur trépied qui capture une image de chaque véhicule qui passerait devant lui tout en indiquant sa vitesse. En 1946, c’est-à-dire 52 ans après cette prédiction, le premier radar de vitesse est créé. Il s’agit du Mesta 100.

 

515NttsXQJL 51PWPxlPZTL wells_1

 Herbert George Wells, écrivain britannique connu pour ces romans de science-fiction parfois très futuriste, a décrit dans son roman Quand le dormeur s’éveillera en 1899, ce qui pourrait s’apparenter à des portes automatiques à détection de mouvements. Aujourd’hui, courantes dans la plupart des bâtiments et supermarchés, ces portes automatiques ont été utilisées pour la première fois en 1960.

Dès 1903, dans la nouvelle Les cuirassés de terre, HG Wells prévoit avec acuité l’importance des "machines de guerre" dont la description laisse étrangement penser à celle d’un blindé. Il faudra pourtant une dizaine d’années, 1916, pour voir l’utilisation des premières machines fidèles à la description faite par l’auteur.

Sa vision la plus troublante reste cependant celle qu’il a de la bombe atomique et dont il décrit les effets dans La Destruction libératrice, en 1914. Le roman tourne autour d’une invention non spécifiée qui accélère le processus de décomposition radioactive (radium alors connu) afin de produire des bombes qui explosent avec une puissance digne d’explosifs ordinaires, mais qui continuent d’exploser pendant des jours et des jours. C’est bien-sûr en 1945 qu’ont lieu les premières utilisations des bombes atomiques, tristement célèbres.

Parmi les autres chefs d’oeuvres de HG Wells, M. Barnstaple chez les hommes-dieux a vu le jour en 1923. Il y décrit le principe de messagerie vocale. C’est pourtant bien une dizaine d’années plus tard que la messagerie vocale est popularisée, plus exactement en 1980.

41ummvqj4VL

Dans le roman d’Edwin Balmer, on peut découvrir la description d’une sorte de détecteur de mensonges. C’est en 1910 que ces pages sont publiées. L’utilisation du premier polygraphe moderne n’est située qu’en 1915. D’autres machines ont bien été mis en place précédemment mais difficilement utilisables.

51Pt31tkbEL

Publié en 1911RALPH 124C 41+ est avant-gardiste. Hugo Gernsback y fait déjà état de radars et aborde même le sujet de l’énergie solaire. Comme dit précédemment, le premier radar a été mis en place en 1946, bien après la publication du Gernsback. Plus tard, en 1978, on note l’apparition des premières calculatrices fonctionnant à l’énergie solaire.

 Frankenstein

Le concept du livre Frankenstein de Mary Shelley (1818) est basé sur la transplantation d’organes. Technique qui étaient complètement dans le domaine de la Science Fiction à l’époque. Mais aujourd’hui, une grande partie des organes du corps humains sont transplantables, ce qui rend le roman « Frankenstein » un peu prophétique…

51khHIBr6xL._SX257_BO1,204,203,200_

With the Night Mail de Rudyard Kipling (1905) dépeint l’utilisation d’avion ayant la capacité de transporter des biens dans le monde entier à une époque où le 1er vol en avion eu lieu 2 ans plus tot. Une belle preuve d’anticipation.

41kya_gi3nL

 

En 1924, Dédale & Icare  tient tient à la fois du manifeste et de la science-fiction. Ce sont deux conférences prononcées en 1923. La première, par J. B. S. Haldane, offre une perspective unique sur la façon dont les grands scientifiques du début du XXe siècle prévoyaient l'explosion de la puissance technique d’une discipline à peine éclose de l'histoire naturelle : la biologie. Dans cet exercice de prospective, l'orateur évoque déjà les OGM, la mondialisation et prédit les méthodes actuelles de procréation, en particulier l'ectogenèse, la capacité de développer un embryon en dehors de l'utérus. Ce texte, qui a inspiré Aldous Huxley pour son Meilleur des mondes, se veut toutefois plus optimiste, sans pour autant exclure le pire. Haldane y­ défend l'eugénisme et hisse Dédale, artisan astucieux et sans dieu, comme le premier homme moderne.

Des années plus tard, en 1977, la première fécondation in vitro est réalisée avec succès. De plus, les OGM ont aujourd’hui envahi notre quotidien et nos assiettes.

Dans la seconde conférence, intitulée Icare ou l'avenir de la science et proférée la même année, Russell s'intéresse à l'influence de la science dans la satisfaction des passions. Il s'avère lui aussi favorable à l'eugénisme mais en minore la portée réelle. Il donne avec bonheur l'exemple de Dickens, à l'intelligence exceptionnelle, mais dont le père s'avérait peu recommandable… La crainte de Russell est que la science soit au service des puissants au lieu de rendre l'homme heureux. Il s'attaque­ essentiellement à l'industrialisation à outrance, qui génère la compétitivité et exclut tout accord des parties en présence, et prend volontiers la défense du désir individuel. Il démontre entre autres que la contraception suit un processus inverse de l'industrialisation­. Surtout, il avertit d'ores et déjà des dangers de la mondialisation.

510JoZuWBWL

 

En 1932, les médicaments permettant d’améliorer l’humeur et la manipulation génétique sont décrits par Aldous Huxley dans Le meilleur des mondes. Tels que décrits, ces médicaments ressemblent à s’y méprendre à des antidépresseurs. C’est seulement en 1950 que ces premiers « remèdes » sont popularisés. Puis, en 1972, les premières manipulations de l’ADN ont débuté : 40 ans après la prédiction d’Huxley.

51VjHqj26nL le-zappeur-de-mondes-190959-264-432  Ubik_s

Dans les années 1950-1960, un autre auteur, Philip K. Dick décrit deux objets qui aujourd’hui font fureur et occupent une place importante au sein des nouvelles technologies. Ainsi décrit-il le vidéophone (Le zappeur de Mondes), ancêtre de notre téléphone mobile 3G qui permet la visiophonie. Un second outil appelé homéojournal est également mentionné aussi dans le roi des elfes et Ubik, préfigurant l’arrivée future des magazines et journaux électroniques en ligne.

41eqoTFlVoL

Au sortir de la Seconde Guerre mondiale naît un des premiers calculateurs dit "moderne" (l’ENIAC). Ce véritable monstre de près de 30 tonnes couvert de diodes, résistances et condensateurs demeure alors encore très loin de nos PC familiaux. Pourtant Murray Leinster imagine en 1946 dans son roman, Un logique nommé Joe, un monde où tous les hommes sont équipés de leur propre "Logic", connecté à un réseau et permettant de travailler ou bien encore de communiquer.

518M1ad9yiL

En 1948, George Orwell sortait le fantastique 1984 : la référence des romans d’anticipation, mettant en scène Big Brother devenu une véritable figure de la surveillance à grande échelle. Orwell imagine déjà l’espionnage invasive d’ampleur du gouvernement.

Dans les faits, on pourrait reprocher à Orwell de n’avoir été que trop lucide sur une situation que nous avons nous-mêmes du mal à accepter. A titre de comparaison temporelle, le scandale des écoutes domestiques de la NSA n’a été révélé qu’en 2013.

download

Le chef d’oeuvre de 1950FAHRENHEIT 451, écrit par Ray Bradbury détient de nombreuses vérités, parmi elles, l’utilisation d’écouteurs. La commercialisation des premiers écouteurs date de 2001, et ils sont aujourd’hui utilisés couramment.

41biNdDvDWL 416WzTuabsL

Dans les années 50, un auteur du nom de Benjamin William Bova, plus connu sous le nom de Ben Bova, publie de nombreux récits et essais sur la science et les technologies. Véritable érudit dans le domaine scientifique, celui-ci va prédire la course à la Lune qui anime le monde au cours de la décennie qui va succéder ses écrits ainsi que les satellites solaires, la réalité virtuelle ou bien encore le clonage humain, la découverte de vie sur Mars, le programme Star Wars de défense des États-Unis, et les livres numériques.

l'odysee la cité gouffre

En 1951, Arthur C. Clark sort un OVNI dans le domaine de la Science-Fiction avec 2001 : l’odyssée de l’espace. L’écrivain met en garde dès les premières pages, « Mais rappelez-vous bien qu’il ne s’agit que d’une œuvre de fiction. La vérité, comme d’habitude, sera encore bien plus étrange ». En effet, l’auteur avait vu venir avant tout le monde des découvertes majeures. Il y annonce la présence d’un océan sous la glace sur l’un des satellites de Jupiter. Il y pose également le concept des orbites destinés aux satellites géostationnaires de télécommunications. L’auteur imagine d’ailleurs de nombreux concepts scientifiques et d’objets stellaires qui voient doucement le jour.
Ainsi, en 1965, le premier satellite est lancé en orbite. Et en 1989, c’est le lancement de la sonde spatiale Galileo qui découvre la présence d’un océan d’eau liquide sous la surface gelée d’Europe, l’un des satellites de Jupiter.

Clark n’a pas fini de nous épater avec ses prédictions qui tombent tout à fait juste. Ainsi dans La Cité et les Astres sortie en 1956, il décrit des jeux vidéos à réalité virtuelle. Quelques années plus tard, en 1966, l’annonce est faite du jeu de simulation de vol. Une première qu’Arthur C. Clark avait encore une fois vue venir.

Dans Les Gouffres de la Lune de 1962, Clark écrit déjà ce qui s’apparente au tourisme spatial. Ce n’est qu’en 2001 que Dennis Tito devient le premier touriste dans l’espace.

terre_etran_gere

Une invention que l’on se fait un plaisir de tester aujourd’hui, les lits à eau sont nés dans l’imagination de Robert Heinlein. Il y fait état dans En terre étrangère, son roman sortie en 1961. 10 ans plus tard, en 1971, le premier lit à eau est commercialisé. Un rêve devenu réalité.

simulacron

En 1964, c’est l’auteur Daniel Francis Galouye qui, dans Simulacron 3, imagine un jeu en réalité virtuelle et cela plus de vingt ans avant les premiers essais d’immersion. Dans son roman, le héros est placé au coeur d’une machine qui l’expédie en plein Los Angeles des années 30.

61F2-r-ye9L

John Brunner déborde d’imagination. Dans Tous à Zanzibar datant de 1968, il décrit à la fois des services comme la TV à la demande, la télévision satellite, mais aussi des concepts très modernes tels que l’imprimante laser, la popularisation des voitures électriques ou encore l’union Européenne. Il se risque même à prédire la faillite de Détroit, la légalisation du cannabis ou encore le dénigrement de l’industrie du tabac.

Tant de prédictions qui se sont réalisées avec plus ou moins d’exactitudes. En 1972, on assiste la première transmission d’un satellite TV nord-américain. Puis 4 ans plus tard, on peut enfin utiliser une imprimante laser telle que décrite par Brunner, avec sa première commercialisation en 1976. En 1984, on voit l’apparition des premières campagnes anti-tabac. Bien sûr, en 1992, le traité de Maastricht pose les bases de l’Union Européenne, qui grandira par la suite. Depuis 2009, il existe 650 services de vidéo à la demande en Europe. Ces dernières années, les voitures électriques ont le vent en poupe. On peut noter par exemple qu’en 2010, Nissan Leaf a fait ses meilleurs ventes de véhicules électriques. 2012 marque deux événements annoncés par l’auteur, Détroit est en faillite et devient la ville la plus appauvrie des Etats-Unis et les états du Colorado et de Washington légalisent le cannabis.

andromède

En 1969, La Variété d’Andromède est publié.  Michael Crichton y donne une description presque parfaite de l’utilisation du scanner et de la technologie à Imagerie à Résonnance Magnétique.

Pourtant, il faudra attendre les années 90, pour voir apparaître ces technologies dans les hôpitaux. L’auteur avait ainsi prédit de grandes avancées médicales qui sont largement utilisées aujourd’hui encore.

512E5ahedBL

Cyborg de 1972, raconte l’histoire d’un pilote-astronaute rescapé d’un accident lors d’un vol, et ayant perdu un œil, un bras et deux jambes. Martin Caidin lui imagine alors des membres bioniques, le transformant ainsi en cyborg. C’est seulement en 2013 que la première jambe bionique est conçue et implantée avec succès.

5121E8WDG0L

Plus tard, en 1975, John Brunner dans un roman intitulé Sur l’onde de choc, imagine une société où tous les ordinateurs de la planète sont connectés entre eux via un immense réseau. Dans ce scénario, l’auteur préfigure l’arrivée des virus qui se répandent à travers les machines alors interconnectées.

download-1

En 1979, Douglas Adams dans son Guide du voyageur galactique incorpore un système étonnant de liens hypertextes. 

dune

En 1979, dans Et l’homme créa un dieu, Franck Herbert décrit des maisons qui tournent en fonction de la position du Soleil, des fenêtres pouvant afficher des paysages virtuels et le tout contrôlable à distance. Une imagination qui s’étend également à la création de tablettes numériques.
Le premier ordinateur portable à écran tactile avec un stylet n’apparaît qu’en 1987. Dans les faits, les maisons connectées telles que décrites par Herbert, ne voient le jour que depuis récemment, dans les années 2010.

download-1

Douglas Adams imaginait déjà en 1980, la traduction audio automatique en temps réel dans son Guide du voyageur galactique. Plus de 30 ans plus tard, nous commençons tout juste à concevoir des applications pour réaliser ce type de traduction. 2014 marque d’ailleurs, l’avènement de cette technologie novatrice.

download-2

En 1984, le roman Neuromancien pose les bases du Cyberespace et imagine déjà les hackers d’aujourd’hui. Il faudra pourtant attendre 1990 pour voir les débuts de l’accès à Internet.

51P1EAV6QFL

The Age of Intelligent Machines de Ray Kurzweil a été publié en 1990. Dans le roman, un ordinateur bat le meilleur joueur (humain) d’échecs. Une description qui semble complètement invraisemblable pour l’époque mais qui fait écho à la réalité aujourd’hui. Ainsi en 1997, Deep Blue d’IBM bat le champion du monde Garry Kasparov aux échecs

51xRKWTZWiL

Plus étonnant encore, en 1992, Stephenson décrit dans Snow Crash, un monde en 3 dimensions où les hommes évoluent sous les traits d’un avatar qui leur sont propre.  On accède au métavers depuis un ordinateur connecté ou une cabine publique. Le seul danger, une fois immergé dans ce monde virtuel, c’est de subir l’attaque d’un virus-drogue : le snow crash. Quelques lignes de code infectées et vous sombrez définitivement dans le virtuel, réduit à l’état végétatif dans la vie réelle.
Etrange ressemblance avec l’actuel Second Life qui fait un véritable carton auprès des internautes...

51QSBRFFWZL

En 1992, Neal Stephenson s’essaie à inventer de nouveaux concepts comme le casque airbag ou même le skateboard électrique dans Le samouraï virtuel. Dans les années 2000, on voit apparaître les casques airbag, des casques futuristes pour mieux protéger des chocs et accidents. Très récemment, les skateboards électriques ont eux aussi été commercialisés .

asimov 1 Asimov 2 Asimov 3

Enfin, un peu à part par l'ampleur visionnaire de son œuvre, Isaac Asimov. Il a repris ses premiers livres se moquant de lui-même quand ses "prédictions" étaient par trop éloignées de la réalité. Asimov laisse derrière lui des centaines de livres — dont 116 anthologies. Ses écrits contribuent à faire évoluer le genre, et deviennent des références : on peut citer Fondation (1951), Fondation et empire (1952), Seconde Fondation (1953). Dans La Fin de l'éternité (1955) et Un défilé de robots (1964),

Mais il a aussi fait un discours en 1964 où il imaginait le monde en 2014 avec une précision troublant, même en connaissant le génie de l'auteur du Cycle des robots et du Cycle de Fondation. Mais ce serait oublier qu'Isaac Asimov a quasiment inventé la robotique et les trois lois qui la régissent. Ce serait aussi oublier que les histoires de l'auteur, qui a connu un succès international, ont inspiré et influencé des scientifiques, des industriels et des artistes...  

Pour les fans, c'est en tout cas très clair: Isaac Asimov était soit un membre de la Seconde fondation soit un historien du futur qui a trouvé un moyen de voyager dans le passé. Ça, ou alors le fait qu'il était d'une intelligence rare...

En mars 2007, le gouvernement sud-coréen a annoncé que plus tard dans l'année il émettrait une Charte sur l'éthique des robots, afin de fixer des normes pour les utilisateurs et les fabricants. Selon Park Hye-Young, du ministère de l'information et de la communication, la Charte reflète les trois lois d'Asimov : La tentative de définition des règles de base pour le développement futur de la robotique.

 

Sources :

L'express

The Flares

L'objet connecté

Daily geek show      Daily geek show

Agora vox

Posté par sandrinedhuez à 21:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

04 janvier 2017

Bonne année 2017 !

BONNE ANNÉE 2

Nous vous souhaitons une belle et heureuse année 2017. 


La santé pour vous et vos proches, le bonheur en famille et la réussite dans vos projets.
Et toujours plus de plaisir, de rencontres et de partages avec Livres et Palabres !


Et pour préparer l'année, on commence par se souvenir des bons moments vécus ensemble en 2016 :

Posté par sandrinedhuez à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2017

La saison musicale

 Les concerts et stages en 2017

« A Louis Vierne, Charles-Marie Widor, Maurice Ravel… compositeurs morts en 1937 et dont l’année 2017 commémorera la disparition dans bien des églises et des salles de concerts. »

Autant les deux premiers sont intrinsèquement liés au répertoire des organistes puisqu’ils ont été les pionniers, avec Alexandre Guilmant, de la symphonie pour orgue, autant Maurice Ravel est resté à loin de cet instrument pour lequel il n’a, hélas, rien composé. Par chance, les transcripteurs s’en sont donné à cœur joie, et même le célébrissime boléro a eu droit à des arrangements pour orgue.

 

Pendant l’année 2017 nous célèbrerons particulièrement ces trois compositeurs, et les organistes qui nous honorent de leur talent  en ont inscrit plusieurs pages à leur programmes.

Nous accueillerons avec plaisir une pléiade de jeunes talents, souvent lauréats de prix prestigieux, tels David Cassan,  Gabriel Bestion de Camboulas, Pierre Queval, qui viennent pour la première fois, ainsi que le jeune russe Egor Kolesov, qui au stage de l’été 2016, avait remporté l’une des trois « Victoires de l’orgue ».

Viendront également pour la première fois deux éminents compositeurs et organistes : l’italien Marco Lo Muscio et le français Jean-Baptiste Robin, ainsi que Pierre Thimus de Liège.

Un autre grand événement sera le premier concert, à Notre-Dame des neiges, des Petits Chanteurs à la croix de bois, accompagnés à l’orgue par leur jeune directeur Hugo Gutierrez, diplômé de la Schola Cantorum, déjà venu il y a deux ans avec son épouse, soprano.

Les chœurs de la cathédrale de Portsmouth, fidèles à l’Oisans, viendront chanter Noël avec leur chef David Price et leur jeune organiste William Drakett.

A tous les autres musiciens qui sont devenus des habitués de Notre-Dame des neiges, et dont les noms sont inscrits dans le programme 2017 je souhaite un heureux séjour et un excellent concert.

Depuis leur création, ces concerts ont eu régulièrement lieu le jeudi, sauf lorsque ce jour coïncidait par exemple avec la fête de Noël. Cette année, le concert d’ouverture a été reporté au vendredi, pour mieux s’insérer dans le calendrier des grandes fêtes des quatre-vingts ans de la station. De même le concert des Petits chanteurs à la croix de bois, a été avancé au mercredi, car il aurait été durement concurrencé par une descente aux flambeaux. Quant  au dernier récital de la saison, il a été avancé au Lundi de Pâques, en raison d’un emploi du temps très chargé du concertiste.

Les « Concerts du jeudi » ne changent pas de nom pour cela et restent fidèles à leur vocation d’apporter un moment dont la magie sonore correspond à celle des paysages de L’Alpe d’Huez.

En juillet et août auront lieu les habituelles trois semaines de stage d’orgue : l’année 2016 a connu un niveau de fréquentation, et un niveau musical remarquables, à tel point que nous avons décidé pour la première fois d’accorder des « Victoires de l’orgue » aux trois étudiants les plus brillants : un Italien : Gabriele Studer, et deux Russes : Marguerite Routchkina et Egor Kolesov. Deux « jeunes espoirs » ont été également récompensés : Edoardo Aimassi d’Italie, et Ansel Gross, de Paris.  Leurs récompenses leur ont été remises lors du concert de clôture par Eric Freysselinard et Christian Hunault, qui se joignent à moi pour vous souhaiter une excellente année 2017, dans l’harmonie et la musique.

                                   Jean-Paul Imbert,

titulaire de l’orgue de Notre-Dame des neiges,

directeur artistique de Notre-Dame des neiges-Orgues et montagnes.

www.imbertjeanpaul.fr

Imbert JP 2013

Les stages de chant choral et de chant lyrique, ainsi qu’une nouvelle formule très attractive de stage « Sing and fit », sont programmés au mois d’août, sous la direction musicale de Christian Ciuca, qui partagera avec moi, en tant que violoniste, le concert du 27juillet.

www.musiquesaupicblanc.com

 

Vend. 23 déc.   Jean-Paul Imbert. Les grandes toccatas : Bach, Buxtehude, Widor… dans le cadre des festivités pour les 80 ans de la station     
29 décembre     Chœur de la cathédrale de Portsmouth (R.-U.). Dir. David Price, William Drakett, orgue. Bach, Ravel, Noëls traditionnels…      
5 janvier       David Cassan, orgue prix de Chartres 2016 : Bach, Sibelius, Widor…
12 janvier      Pierre Queval, orgue. Bach, Buxtehude, Vierne…
19 janvier      Marco Lo Muscio, orgue (Italie). Pachelbel, Ravel, Vierne…     
26 janvier      Trio Orpheus : Gabriel Bestion de Camboulas, orgue, Benoît Foiadelli, violoncelle, Lucile Lambert, violon Isaye, Rheinberger, Vierne…    
2 février       Paolo Oreni, orgue (Italie). Bach, Franck, Ravel…      
8 février (mercredi)      Les Petits chanteurs à la Croix de Bois. Direction : Marie-Noëlle Pernette. Orgue : Hugo Gutierrez
Mozart, Morricone, chants traditionnels…
Tarifs spéciaux : 20 € adulte, gratuit > 15 ans)       
16 février      Felician Rosca, orgue (Roumanie). Brahms, Ravel, Vierne…       
23 février      Karin Richter, mezzo-soprano, et Jean-Christophe Geiser, orgue (Suisse) : Mozart, Vierne
2 mars  Alain Bouvet, orgue, et Pierre Dutot, trompette : Haendel, Puccini, Widor…       
9 mars  Bernhard Marx, orgue (Allemagne). Bach, Buxtehude, Widor…      
16 mars Jean-Paul Imbert, orgue, et Guy Touvron, trompette : Fauré, Haendel, Vierne…
23 mars Giampaolo di Rosa, orgue (It. et Port.). Bach : les Variations Goldberg
30 mars Jean-Marie Fritz, orgue. Bach, Bizet, Tchaïkovski…     
6 avril Pierre Thimus, orgue (Belgique). Franck, Jongen, Vierne…       


Lundi 17 avril    Jean-Baptiste Robin, orgue. Bach, Ravel, Widor…

 

13 juillet Betham Allmand, violon, et Kieran Jones, piano (R.-U.) : Bach, Massenet, Paganini…      
20 juillet      Laetitia Romiti, orgue (Italie). Bach, Mascagni, Vierne…       
27 juillet      Christian Ciuca, violon, Jean-Paul Imbert, orgue : Beethoven, Mozart, Widor…      
28 juillet      Stagiaires d’orgue     
3 août  Stagiaires d’orgue et de chant lyrique
4 août  Stagiaires d’orgue de chant lyrique et d’ensemble vocal. Dir. Chr. Ciuca       
10 août Stagiaires d’orgue     
11 août Stagiaires d’orgue, de Gospel et de « Sing and fit »   
17 août Egor Kolesov, orgue (Russie). Cesar Cui, Glazounow, Widor…  

 

DL_161222_1

DL_161225_3

DL_161229_3

DL_170101_4

Posté par sandrinedhuez à 20:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


Ça bouge à l'Alpe, la culture est partout… Petit aperçu non exhaustif !

_638afb2_1590406a5e0__7a54

Opéra vélo

opéra vélo - 1

opéra vélo - 2

opéra vélo - 3

opéra vélo - 4

surises de lecture

Les surprises de lecture sont arrivées à la bibliothèque

Voilà maintenant trois Noëls que Carole Turc propose ses « surprises de lecture » à la bibliothèque. C’est donc une tradition que les lecteurs attendent et désormais, de beaux paquets cadeaux contenant chacun deux livres se nichent dans le sapin présentoir, s’accumulent sur la table aux côtés des lutins. Pour les adultes, ils contiennent un polar et un roman. Pour les enfants, trois niveaux sont disponibles : romans jeunes, 1ers lectures ou contes. On emprunte le paquet et on découvre les deux surprises de lecture une fois arrivé à la maison. Des livres imprévus qui changent les habitudes. « Il s’agit de faire découvrir d’autres auteurs, des ouvrages que l’on n’aurait pas pensé emprunter », explique Carole, « et les retours sont positifs ! La première année, je n’avais préparé des paquets « adultes », mais les enfants en réclamaient. J’ai donc élargi l’offre et le nombre. Parfois, certains lecteurs reviennent déçus, mais la plupart sont ravis de leur découverte qui leur a donné envie d’aller plus loin ». Une initiative qui s’intègre avec bonheur à la décoration qu’elle soigne chaque année : Des pères Noël malicieux font échos aux personnages de ChaLouP dont les planches sont exposées en ce moment à la bibliothèque, tandis qu’un sapin de livres enluminés se pare de guirlandes chatoyantes au milieu des clichés d’illuminations saisies par les PhotograpHuizats… Noël est au cœur des livres et de la bibliothèque !

Noël Bib - 1 sur 2 (1)

Pour le temps des Fêtes, empruntez une surprise de lecture. Et surtout, interdiction de le déballer avant de l’avoir emprunté!

Noël Bib - 1 sur 2

Le père Noël n’est pas perdu, il est à la bibliothèque !

bob

La piste de bobsleigh revit !

Jeudi, la nouvelle maquette du Musée d’Huez et de l’Oisans a été fêtée en présence de ses créateurs. L’association A.V.I.P.A.R (Association de Valorisation et d’Illustration du Patrimoine Architectural et Régional) a reproduit au 1/500e la piste de bobsleigh créée pour les Championnats du Monde de 1967 et les Jeux Olympiques de 1968. La maquette de cette première piste construite entièrement en béton avec deux virages réfrigérés, invite à découvrir l’évolution des techniques sportives et à réfléchir sur l’implantation des installations sportives et l’aménagement du domaine skiable.

Deux ans de travail

Il a fallu deux ans pour réaliser ce projet ambitieux, depuis le travail de recherche documentaire et repérage sur le terrain jusqu’à l’atelier où deux défis étaient à relever : la topologie complexe du terrain, et l’illumination complète de la piste pour rendre avec fidélité l’ambiance des épreuves nocturnes ! La présentation au public vient parachever ce travail et nul doute que Fred Tane, le médiateur du musée, saura valoriser le travail des adhérents et faire vivre ce bijou de précision. Car tout y est, des gares aux tours d’observations en passant par les passerelles qui enjambent la piste sur laquelle les bobsleighs donnent l’échelle et le volume…

Du lien social aux J.O

Créée en 1987, A.V.I.P.A.R poursuit un objectif à la fois social et culturel, rassemblant dans un travail d’équipe, des personnes en situation de handicap ou isolées par la maladie et des bénévoles valides, tout en cherchant à faire connaître et à conserver la mémoire du patrimoine architectural. L’association a réalisé plus de 200 maquettes et a reçu de nombreuses récompenses. Cette piste de bobsleigh rejoindra le tremplin de saut à skis, le stade de glace et l’anneau de vitesse réalisés en partenariat avec le COLJOG en vue du jubilé des J.O de 1968. En attendant, les créateurs ont apprécié la visite du musée, découvrant les anecdotes sur « leur » piste, tandis que trois d’entre eux retrouvaient avec émotion deux maquettes du site archéologique de Brandes, réalisées en 2007 !

Maquette piste bob - 1 sur 2 (1)

Après Brandes, AVIPAR s’est attaqué à un autre symbole de la station : sa piste de bobsleigh qui semble revivre tant la qualité et la minutie de la maquette sont impressionnantes.

Maquette piste bob - 1 sur 2

La flamme olympique brûle à nouveau à l’Alpe d’Huez et la piste de bobsleigh revit…

théatre 80 ans 2

théatre 80 ans

80 ans en théâtre !

C’était l’avant-première mercredi et ce sont les Huizats qui ont eu la primeur de cette pièce écrite et conçue par Pierre Desmaret pour les 80 ans de la station, la représentation grand public étant le jeudi. « Les Pionniers de la neige » retracent la transformation du petit village d’Huez en station pionnière du tourisme. « Toute ressemblance avec des personnes ayant existé est tout à fait volontaire » précise le metteur en scène, « Pour autant, ce spectacle reste une fiction ». Il n’empêche que la tension était palpable lors de cette première car dans le public, nombreux étaient ceux qui ont justement contribué à l’écriture du texte par leurs témoignages, leurs prêts d’images, leurs contributions littéraires et historiques. Mais à la sortie, point de polémique, tout le monde était enchanté et l’on n’entendait que des « J’ai trop aimé, je reviens demain » ou « Maintenant, j’attends la suite »… Il faut dire que les 11 comédiens de la troupe théâtrale de l’Alpe d’Huez, dirigés par Vanessa Desmaret, n’ont pas ménagé leur peine et les répétitions se sont enchaînées à un rythme effréné alors que la plupart sont en pleine saison et que certains ont commencé à jouer il y a seulement 3 semaines ! Peut-être qu’en bons montagnards, les difficultés les ont transcendés… Le résultat est époustouflant : Les acteurs jouent devant ou derrière un fin rideau de tulle sur lequel sont projetés photos ou films. Cette mise en scène particulièrement originale permet tout un jeu d’ombres et de lumières, offre une réalité sépia floutée par le temps et l’histoire. L’écriture comme le rythme sont ciselés, alternant avec fluidité poésie, humour, petite et grande histoire, et inscrivant l’Alpe d’Huez dans le mouvement du monde. Et au bout de ces 14 saynètes, on ressort avec une âme d’enfant devant sa première neige, admiratif, certes, devant ces pionniers et visionnaires, mais aussi plein d’optimisme et avec l’envie de partager, de préserver, ce trésor niché au cœur du massif de l’Oisans…

Théâtre 80 ans - 1

Pierre Desmaret, l’auteur de « Les Pionniers de la neige. 1936, d’Huez à l’Alpe », remercie toutes les personnes qui ont rendu cette pièce possible.

théâtre 80 ans - 2 (1)

théâtre 80 ans - 3 (1)

théâtre 80 ans - 4 (1)

théâtre 80 ans - 5 (1)

théâtre 80 ans - 6 (1)

théâtre 80 ans - 7

théâtre 80 ans - 8

Quand l’histoire devient vivante et que renaît la mine de charbon…

théâtre 80 ans - 9

théâtre 80 ans - 10

La mémoire recomposée est extraite des archives municipales et l’histoire se transforme en fable pour le regard contemporain. Ici le conseil municipal et le ministre prévoient l’agrandissement de la route !

théâtre 80 ans - 11

théâtre 80 ans - 12

théâtre 80 ans - 13

théâtre 80 ans - 14

théâtre 80 ans - 15

Du christiania à la ruade, une leçon de ski mémorable, jouant sur tous les plans

théâtre 80 ans - 16

Du christiania à la ruade, une leçon de ski mémorable reprise par la salle entière

théâtre 80 ans - 17

théâtre 80 ans - 18

Quand les derniers pionniers racontent et que l’histoire se transforme en fable pour le plaisir de fêter ces 80 ans de la station.

théâtre 80 ans - 19

théâtre 80 ans - 20

Lonchamp

Posté par sandrinedhuez à 20:39 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : , ,

On en parle dans la presse : Le café littéraire délocalisé !

2016-1217 DL

 

Pause lecture au comptoir

C’est la première fois que le café littéraire de l’association Huizate Livres et Palabres se déroule à Villard Reculas. Le rendez-vous ayant été organisé de façon impromptue, peu de personnes ont pu profiter de l’accueil chaleureux du Comptoir du Villard. Les échanges n’en ont pas été moins riches ! Il a été d’abord longuement question de la foire du livre de Brive et des rencontres que deux Corréziens ont pu faire. Puis les lecteurs se sont intéressés aux derniers prix littéraires, évoquant non seulement les Goncourts primés, « Chanson douce » de Leila Slimani et « Petit Pays » de Gaël Faye, très apprécié pour sa maturité et son écriture dynamique, mais aussi ceux qui étaient sélectionnés comme « La Succession » de Jean-Paul Dubois, » et « Au commencement du septième jour » de Luc Lang. La sécurité sociale s’est immiscée dans le débat avec le touchant « Un paquebot dans les arbres » de Valentine Goby, tandis que l’héritage de l’esclavage vient éclairer un fait divers dans le court mais puissant roman « Les faibles et les forts » de Judith Perrignon. L’association prévoit d’ailleurs pour cet hiver, une lecture à voix haute de cet ouvrage par le comédien Olivier Benoît, déjà venu présenter « L’intranquille » du même auteur en 2015. En revanche, deux livres ont un peu déçu : « Meursault, contre-enquête » de Kamel Daoud, jugé intéressant mais un peu trop « intello » en tant que réponse ou suite de « L’étranger » de Camus, et « Les anges meurent de nos blessures » de Yasmina Khadra, dont le côté sordide et misérabiliste inhabituel chez cet auteur a gêné le lecteur. L’authenticité, incarnée par Villard Reculas, était donc le dernier mot de cette année 2016 des pauses lectures de Livres et Palabres…

Posté par sandrinedhuez à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 décembre 2016

Le Gala de patinage du 29 décembre !

affiche gala 29 décembre 16

Posté par sandrinedhuez à 17:04 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

22 décembre 2016

Noël Glacé

affiche_gala_24_de_cembre_16

Posté par sandrinedhuez à 12:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :