Livres et Palabres

21 mars 2019

Rappel : Le 4e triathlon des mots, c'est ce samedi

4e triathlon des mots 2019

 N'hésitez pas à téléphoner à Sandrine au 06 15 42 84 84 ou à Sylviane au ‭06 10 85 03 94‬ !

4e TdM Programme 2019

Posté par sandrinedhuez à 20:32 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


18 mars 2019

Le 5e ouvrage de la sélection d'Al'Pages

5.- La ferme des Miller de Anna Quindlen (ed. Belfond)

Traduit de l'anglais (US) par Silke ZIMMERMANN

51k4ucGGmbL

Petite fille précoce et curieuse, Mimi mène une enfance protégée dans la ferme familiale. Il y a Bud, son père cultivateur et répare-tout ; Miriam, sa mère infirmière ; ses deux frères, le taiseux Eddie et le caïd séducteur Tommy ; ainsi que Ruth, sa tante qui, pour une raison étrange, ne s’éloigne jamais de la maison. Un monde rassurant, fait d’éclats de rire et de joie, que Mimi pense immuable.

Mais nous sommes en 1966 et ces jours sont comptés… La guerre du Vietnam laisse Tommy meurtri, la maladie frappe Bud et le gouvernement veut inonder la vallée pour construire un barrage. Alors qu’elle envisageait de quitter le village pour suivre des études de médecine et retrouver son amour d’enfance, Mimi va devoir faire un terrible choix. Récit magnifique dans lequel l’amour, les drames et les secrets inavouables façonnent le destin d’une famille américaine de la seconde moitié du XXe siècle.

 

Anna Quindlen

Anna Marie Quindlen est écrivain et journaliste née en 1952

Née d'un père irlandais et d'une mère italienne, elle est l’auteur de cinq best-sellers, dont Contre Cœur (One True Thing, 1994), Noir comme l’Amour (Black and Blue, 1998), L’Enfant sourira peut-être (Blessings, 2002) et Tous sans exception (Every Last One, 2010).

Journaliste célèbre, elle a signé dans le New York Times une série de chroniques qui lui ont valu le prix Pulitzer en 1992, ainsi qu’une autre série pour Newsweek, de 2000 à 2009.

Anna Quindlen vit à New York avec sa famille.

Posté par sandrinedhuez à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

04 mars 2019

Le 4e ouvrage de la sélection d'Al'Pages

4.- Rural noir de Benoît Minville (Ed. Gallimard).

France

41HPFBTJDeL

Il n’y a pas tromperie sur la marchandise avec le titre du roman de Benoît Minville, Rural noir. Ce sombre récit campagnard se déroule en effet dans la Nièvre, loin des grandes agglomérations. Un roman noir à la fois cruel et violent, mais aussi tendre et lumineux ; évoquant la culpabilité, l'amitié et la famille.

Ados, Romain, Vlad, Julie et Christophe étaient inséparables, ils foulaient leur cambrousse dans l'insouciance. Tout a changé cet été-là. Un drame, la fin de l'innocence.
Après dix ans d'absence, Romain revient dans sa Nièvre désertée, chamboulée par la crise, et découvre les différents chemins empruntés par ses amis. Difficiles retrouvailles d’adultes qui se sont éloignés aux berges d’une adolescence qui s’achevait. Ils se sont quittés sur un drame, ils se retrouvent sur un autre. A travers une intrigue simple mais prenante, entre passé et présent, Benoît Minville fait montre de qualités humaines et stylistiques touchantes. Parce qu’il met toujours en avant les relations humaines. Parce qu’il privilégie les émotions ; large palette d’émotions,d’ émotions ambivalentes.

Benoît Minville

Benoît Minville est né en 1978 à Paris et vit à Sartrouville. Il doit à sa mère, libraire, de lui avoir inoculé le doux virus : entré en librairie pour un été, il n'en est jamais ressorti. Mordu d'échanges et de conseils, lecteur passionné de tout livre qui transporte une énergie (de Larry Brown à Benjamin Whitmer, de James Ellroy à Joe R. Lansdale, de DOA à Don Winslow), auteur d'ouvrages pour jeunes adultes publiés aux Editions Sarbacane, il signe ici son premier roman noir.

Posté par sandrinedhuez à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 février 2019

Le troisième ouvrage de la sélection d'Al'Pages

3.- Les huit montagnes de Paolo Cognetti (Stock)

Traduit de l’italien par Anita Rochedy

41NzrNg3IPL

 « La forêt était remplie de ces fosses, tas, ferrailles, que Bruno traduisait pour moi comme autant de signes d’une langue morte. Et en plus de ces signes, il m’apprenait un dialecte qui sonnait plus juste que l’italien à mes oreilles, comme si, en montagne, il me fallait remplacer la langue abstraite des livres par la langue concrète des choses. »

 

Récompensé par le prix Strega (sorte de Goncourt italien), Les Huit Monta­gnes, de Paolo Cognetti (né en 1978), est une histoire d’amitié, de filiation. Mais ce beau roman est sans doute d’abord une déclaration d’amour à la montagne, aux heu­res passées à dévaler les sentiers de pâturage ou grimper vers les sommets. Le livre de Paolo Cognetti  nous montre tout ce que l’on peut construire et vivre pendant l’enfance, et à quel point ça sculpte notre vie d’adulte.

 

C’est l’histoire dans le Val d’Aoste, d’une amitié indélébile entre deux enfants, l’un citadin, l’autre montagnard. Pietro, l’enfant solitaire de Milan, et Bruno, le gamin farou­che de l’alpage, sont devenus amis, naturellement. A 11 ans, Bruno connaît tous les creux des torrents où les truites viennent se cacher en ondulant et les emplacements des précieux refuges. Parfois, le père de Pietro emmène les deux garçons plus haut, là où le mal des montagnes se fait sentir et où le brouil­lard inquiète les derniers de cordée. Mais, pour les deux enfants, les heures les plus marquantes restent celles des longues marches côte à côte sur les sentiers râpés par la sécheresse de l’été. Des années durant, le petit Milanais reviendra au village de Grana, pour repartir et ressentir à nouveau la nostalgie des cimes.

Il y a du Pagnol dans cette histoire d’amitié enfantine et d’initiation. Quel­que chose de La Gloire de mon père, entre éducation et mélancolie. Cependant, Les Huit Montagnes n’est pas une simple histoire de copains qui grandissent, se construisent et s’éloignent peu à peu l’un de l’autre. L’auteur convoque également la silhouette paternelle, qui préférait le silence aux élans du cœur. Il dit aussi que l’apprentissage de la vie est une exploration qui évoque une longue randonnée. Parfois, on abandonne le sentier pour atteindre une crête, « juste pour le plaisir de découvrir ce qu’il y a de l’autre côté ».

« Peut-être ma mère avait-elle raison, chacun en montagne a une altitude de prédilection, un paysage qui lui ressemble et dans lequel il se sent bien. La sienne était décidément la forêt des mille cinq cents mètres, celle des sapins et des mélèzes, à l’ombre desquels poussent les buissons de myrtilles, les genévriers...

 Mon père avait une façon bien à lui d’aller en montagne. Peu versée dans la méditation, tout en acharnement et en bravade. Il montait sans économiser ses forces, toujours dans une course contre quelqu’un ou quelque chose, et quand le sentier tirait en longueur, il coupait par la ligne la plus verticale. Avec lui, il était interdit de s’arrêter, interdit de se plaindre de la faim, de la fatigue ou du froid, mais on pouvait chanter une belle chanson, surtout sous l’orage ou en plein brouillard ».

 

Tout au long du livre, on retrouve ce sentiment de simplicité qui fait beaucoup de bien. L’histoire du roman Les huit montagnes se déroule dans un monde où la surconsommation n’a pas sa place, où l’on attache de l’importance à l’essentiel et où tout semble plus fort : les relations, les lieux, les souvenirs.

 

Pourquoi 8 montagnes ?

Val d'Aoste  est une province au nord ouest de l’Italie divisée en huit unités de communes réparties sur 74 communes

 

Paolo Cognetti

Paolo Cognetti, né à Milan en 1978, est l’auteur de plusieurs recueils de nouvelles, d’un guide littéraire de New York, et d’un carnet de montagne. Les Huit Montagnes, son premier roman, en cours de traduction dans 31 pays, a reçu le prix Strega.

Posté par sandrinedhuez à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 février 2019

Ce n'est pas que pour les adultes…

On connaissait le speed booking du Triathlon des Mots, voici maintenant la version enfants, exportée par Sylviane à l'école !

DL 2019-02-04

Posté par sandrinedhuez à 11:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,


04 février 2019

Le deuxième ouvrage de la sélection d'Al'Pages

2.- Grossir le ciel de Franck Bouysse (Edition La manufacture de livres)

51szHHh9wCL

Le livre qui l'a fait connaître et a reçu de nombreux prix, dont le Prix du Polar SNCF en 2017.

 

Gus, un vieux garçon paysan d'une cinquantaine d'années, vit dans une ferme isolée des Cévennes. Alors qu'il apprend aux informations télévisées la mort de l'Abbé Pierre, et que cette nouvelle le bouleverse contre toute attente, des événements inhabituels se produisent. Plus rien ne sera jamais comme avant.

 Son dernier roman paru, Glaise, raconte l'impact de la Première Guerre mondiale sur la société française, à travers l'histoire d'une famille de paysan du Cantal, au moment de la Première Guerre mondiale, lorsque les hommes valident partent au front. Restent à la ferme, la grand-mère, la mère et Joseph, le fils de 15 ans.

 Son prochain livre Né d'aucune femme paraîtra en janvier 2019.

Franck Bouysse

Franck Bouysse est né en 1965 et partage sa vie entre Limoges et sa Corrèze natale. Sélection du Prix Polar SNCF, Grossir le ciel a rencontré un succès critique et public. Il a notamment remporté le prix Sud Ouest / Lire en poche du festival de Gradignan, le prix polar Michel-Lebrun, le prix Calibre 47 et le prix Polar Pourpres. Franck Bouysse est également l’auteur de Vagabond et Pur Sang aux éditions Écorce, et Plateau, aux éditions de La Manufacture de Livres, prix des lecteurs de la foire du livre de Brive.

Posté par sandrinedhuez à 08:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

02 février 2019

Concours de nouvelles, Prix Littéraires Yvonne Sévoz 2019.

Ouverture du concours à partir du 1er janvier 2019.

Organisé par l’association « Coutumes & Traditions de l’Oisans »

en partenariat avec les associations :
« Freneytique » et « Livres et Palabres ».

 Il y a un peu plus de cent ans, Yvonne Sévoz, jeune institutrice, montait, en ce début d’automne, par un raide sentier de montagne qui devait la mener jusqu’à la petite école de Villard-Reculas, village perché dominant la plaine d’Oisans. Elle devait y enseigner pendant trois ans.
Ce séjour avec les gens « d’en-haut » a inspiré un petit ouvrage de réflexion et de mémoire qu’elle a intitulé « Un si pur souvenir ».
L’Association COUTUMES ET TRADITIONS DE L’OISANS avait décidé, en 2012, de commémorer ce centenaire en créant, à l’occasion du « Printemps du Livre » du Bourg-d’Oisans, un « Prix Littéraire Yvonne Sévoz ». Celui-ci était destiné à couronner le lauréat d’un concours de nouvelles ayant pour cadre le pays d’Oisans, et pour thèmes ses habitants, ses traditions, coutumes et légendes.

Devant le succès rencontré, ce concours fut reconduit chaque année, depuis 2012.  Les textes soumis à un jury indépendant sont intégralement repris dans un ouvrage. Chaque nouvelliste s’y est exprimé avec son cœur et sa sensibilité. La qualité des œuvres est au rendez-vous et le résultat d’ensemble est particulièrement remarquable. Soulignons-le encore une fois : « L’Oisans a du talent ».

Pour commander les livres :
Contes et nouvelles : 2012,  2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018
Par correspondance, nous contacter par ce formulaire (cliquer sur le lien) en spécifiant l’année du recueil, une réponse avec le détail de votre commande vous sera ensuite retournée.


Télécharger :  NOUVEAU Règlement du Concours 2019.
Petit glossaire : des règles typographiques.

Envoyer votre nouvelle en pièce jointe à cette adresse email : concours@coutumesethistoireenoisans.com


Renseignement et contacts [adresse email à recomposer dans sa graphie conventionnelle dans votre logiciel de traitement de emails] :
Oleg IVACHKEVITCH
BP53 38520 Le Bourg-d’Oisans — Tél. O4 76 11 00 15
email : oleg.ivach[at]orange.fr

ou
Gérard Dionnet
Tél. 04 76 80 02 67
11 rue de Saint Antoine – 38520 Le Bourg d’Oisans
gerard.dionnet[at]orange.fr

ou
Lionel ALBERTINO
Tél. 04 76 80 17 24,
email : info[at]freneydoisans.com


LISTE DES LAURÉATS

2018
Roger MOREL : Le monologue du « Batieume », Prix littéraire Yvonne Sévoz 2018
Brigitte MONNET : La Canne, Mention spéciale, Prix Littéraire Yvonne Sévoz 2018

 

Élisabeth BLAISONEAU : Sa petite Mémé
Pierre DELL’ACCIO : La plus grande richesse, c’est la vie (Hors concours lauréat 2017 ) 
Arlette DIONNET : L’aigle
Bernard FRANÇOIS : La bonne étoile du cristallier (Hors concours
Daniel GAUDE : Souvenirs d’enfance en pays d’Oisans
Christian GERMAIN : Messager de l’Oisans
Joëlle JOUFFREY : La lavande du Chambon
Marie Pierre LACAZE : Le Regard du cœur…
Christelle ROBERT : Souvenirs

Légendes et récits du XIXe siècle
Dr PROMPT : La mine d’or de la Gardette, Les trois dents du Rif
Théodore CAMUS : Chasse aux chamois avec le Père Gaspard et ses fils
Stéphane JUGE : Une tourmente de neige au Lautaret


2017
Pierre DELL’ACCIO : Les quatre visions de Joseph, Prix littéraire Yvonne Sévoz 2017 
Yvette MOYET : Les Trois Demoiselles, Mention spéciale, Prix Littéraire Yvonne Sévoz 2017

 

Liste des Participants :
Émilie BASSET : La « Caborne* » de Raymond
Marie BERNARD : Les humeurs du torrent « Le Vénéon »
Gina Caroline BERNIER : Fantômes
Élisabeth BLAISONNEAU : La beauté du diable
Pierre DELL’ACCIO : Les quatre visions de Joseph 
Arlette DIONNET : Le vieux guide et l’enfant
Daniel GAUDE : Un ancêtre du moyen âge
Christian GERMAIN : Les Nomades
Jean GUALBERT : Succession
Joëlle JOUFFREY : « Et puis, on fera la noce… »
Évelyne LARTAUD : La montagne et les rêves
Marie LECOT : Vingt ans après…
Brigitte MONNET : En jaune et noir
Michel MONNET : Destin
Roger MOREL : Les filles du Jasse
Yvette MOYET : Les Trois Demoiselles, Mention spéciale


2016
Roger Morel : La cocotte de Jean-Baptiste, Prix littéraire Yvonne Sévoz 2016 
(à droite)
Christian GERMAIN : La pierre rare, Mention Spéciale, Prix Littéraire Yvonne Sévoz 2016


Liste des Participants :
Marie Bernard : Pierre le colporteur
Gina Bernier : Elle, moi… et chôssyvieille
Élisabeth Blaisonneau : Une singulière rencontre
Arlette Dionnet : Monsieur l’instituteur
Christian GERMAIN : La pierre rare
Joëlle Jouffrey : L’Entoulette
Évelyne Larthaud : Les farcis de Marthe
Xavier Lécot : Le Scharaïch
Brigitte Monnet : Le foultoum
Roger Morel : La cocotte de Jean-Baptiste
Yvette Moyet : Muzelle
Jean-Marc Saunier : Freneyte et Faranchin vont en bateau

2015
Prix Littéraire
Jean Marc Saurnier pour sa nouvelle «  LA CICATRICE INTÉRIEURE »

Mention Spéciale
Elisabeth Blaisonneau pour sa nouvelle « L’ARDOISIER AU REGARD SI DOUX »

Liste des Participants :

Marie Bernard, La chasse au dahu
Marie Daval, La nuit de Mailloz
Arlette Dionnet, Inoubliable randonnée
Jean-François Garel, Un bienfait n’est jamais perdu
Christian Germain, Balade jusqu’en utopie
Jean Ginet, Le retour du poilu
Évelyne Larthaud, La brodeuse et le colporteur
Xavier Lécot, Idylle
Brigitte Monnet, Prise de bec
Roger Morel, Les fesses de
Yvette Moyet, Les chats du Bourg d’Oisans

2014
Prix Littéraire
Yvette MOYET pour sa nouvelle « ROMANCHE »

Mention Spéciale
Jean GINET pour sa nouvelle « L’EXCLU »

Liste des
René Balmet, Le trésor de Jean-Baptiste Garden-Poudre
Marie Bernard, Un doigt coupé
Nicole Berthaud-Ledda, L’oeil de l’Oncle
Elisabeth Blaisonneau, Le loup dans la bergerie
Marie Daval, Le grutier du Chambon
Arlette Dionnet, Anne des Balmes
Brigitte Monnet, Un fameux tablier
Roger Morel, La bergère du Vallon et le sorcier de St. Jean
Claire  Salvi, Ecorces
Jean-Marc Saunier, Le magicien d’Oz
Collectif Christel Le Quangi  (avec des pensionnaires de la maison de retraite Abel Maurice), Histoire d’ailes

2013
Prix Littéraire
Roger MOREL pour sa nouvelle « TI BATI »

Mentions Spéciales
Jean-François GARREL pour sa nouvelle « TRIOMPHE DANS LE VÉNÉON »
Marie DAVAL pour sa nouvelle « LES CUVEAUX DE VIEILLE-MORTE »

Liste des participants :

René Balmet, L’autre vie de Pierre Chalvin, marchand colporteur en Rouennerie
Émilie Basset, Les Pitarotes
Marie Bernard, Une reine en sabot
Arlette Dionnet, Le hameau des Aubert
Henriette Dionnet, Le voyage de Petit Louis
Jean Ginet, Trois lumières dans la montagne
Joëlle Jouffrey, Une fin de saison ou « le songe de Yann »
Françoise Meunier, Un jour un destin
Brigitte Monnet, l’Absence
Marcelle Pery, Le bouquet de Gentianes
Paula Thorelle, Au pays des dieux de pierres.
Collectif Christel Le Quangi  (avec des pensionnaires de la maison de retraite Abel Maurice), Le possédé du Freney

2012
Prix Littéraire
René BALMET pour sa nouvelle « JULIE ET LE SAINT-ANTOINE »

Mention Spéciale
Paul KELLER pour sa nouvelle « INSÉPARABLES ENNEMIS »

Liste des participants :
Marie Bernard, Racines
Gina Bernier, La dame blanche et Shuss
Jeannette de La Védova, Une nuit au Rivier d’Allemont
Jean Ginet, La centurie sauvée
Dominique Guichard, Celle d’en haut
Joëlle Jouffrey, « Un bout de chemin »
Marie Pierre Lacaze, La couleur de la mémoire
Françoise Meunier, La tournée des deux Villard
Brigitte Monnet, Marguerite
Gilles Peix, Le labyrinthe des libertés
Paula Thorelle, de l’ombre à la lumière
Pierrette Tournier, Chagrin d’amour

Posté par sandrinedhuez à 16:31 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

Et si six récits ici iraient ?

Il était une fois un lac, des roselières, des hommes et des cultures… Il était une fois, une Brocéliande alpestre qui voulait se raconter. Et si les arbres commençaient à nous murmurer leurs histoires, et si les roselières se racontaient à nous ! Et si, et si, et si dans l’air du marais étaient accrochés toutes sortes de récits. Et si six récits ici iraient ? Entendez-vous déjà la mélodie du si, si, ré chantonnée par la Mère des Récits, la Vieille morte ? Alors le Marais de Vieille morte devient un puits imaginaire, le marais des récits à inventer, une source d’histoires, une fontaine de vie ! 

Et soudain…..

un jour, un petit groupe de récolteurs d’histoires, équipés de leurs filets à fables se sont aventurés dans les méandres imaginatifs du marais. Pour carte, ils avaient une étude sur le patrimoine historique et culturel, et comme boussole la puissance de leur inventivité. »

Vous avez envie d’inventer des histoires ? Vous avez les idées qui foisonnent et la plume littéraire qui vous démange ? Laissez exprimer votre fibre créative et devenez un récolteur d’histoires en vous joignant à nous pour la fantastique odyssée des « Récits et légendes du marais de Vieille morte » :

Rendez-vous pour un atelier créatif le jeudi 7 février 2019 à 18h

au CER (Centre d’entretien Routier) du Bourg d’oisans.

Cet atelier est GRATUIT et OUVERT à TOUS.

Merci de nous faire part de votre participation.  04 57 48 11 05

VieilleMorte_affiche_2@3x-212x300

Posté par sandrinedhuez à 16:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 janvier 2019

On en parle dans la presse…

2019-0121-DL

 

Conter fleurette au milieu de l’hiver !

_PAS6517

Les habitués plaisantaient et prenaient des risques en choisissant des expressions inusitées ; les autres prenaient peu à peu confiance grâce à la bonne humeur et la générosité de Sylviane, mais aussi grâce à l’entraide et la bienveillance de tous.

Car l’atelier d’écriture est un moment de rencontres et d’échanges, à travers la relation de chacun à la lecture et à la littérature…

Posté par sandrinedhuez à 16:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'actualité de La Maison de l'Image - Grenoble

logo maison de l'image

Venez découvrir le tout nouvel espace de la Maison de l’Image à l’occasion de l’inauguration du MédiaLab !

Au programme : stop-motion, fond vert, studio photo… et bien d’autres activités ludiques !

Le MédiaLab est un lieu convivial où chacun peut s’approprier et pratiquer la photo et la vidéo !

Entrée libre, sans réservation.

Rendez-vous le mercredi 30 janvier 2019

de 14h à 18h  à la Maison de l’Image 

(Maison des habitants Le Patio, 97 galerie de l’Arlequin, 38100 Grenoble)

 

Un MédiaLab est un espace plurimédia (télévision, radio, vidéo, animation, réseaux sociaux, photos…) qui permet de couvrir un événement particulier avec le public, mais aussi de réaliser des images documentaires ou de fiction selon les projets de chacun.

Et pourquoi un MédiaLab à la Maison de l’Image ?
Installé au cœur du quartier de la Villeneuve, ce MédiaLab est l’héritier du projet Vidéogazette, le média participatif et citoyen animé par des habitants du nouveau quartier de la Villeneuve à Grenoble entre 1972 et 1976.

👀 Quel objectif pour ce MédiaLab ?
Donner la parole aux habitants pour représenter la vie dans leur quartier et pour réaliser leur projets à la frontière du journalisme et de l’art.

Envie de vous exprimer, de partager votre vision de la Villeneuve et du Village Olympique ? Créer une fiction sur ce territoire ou développer un autre projet photo, vidéo ou multimédia ancré dans ces quartier ! Venez découvrir le MédiaLab à la Maison de l’Image pour démarrer votre projet !

Cet événement s’inscrit dans la programmation du festival Transfo.

Posté par sandrinedhuez à 11:51 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :