Livres et Palabres

01 décembre 2016

On en parle dans la presse : Le pôle culture et l'arrivée de la nouvelle responsable

DL 161126

DL 161128

 

Posté par sandrinedhuez à 15:03 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


29 novembre 2016

Soirée exceptionnelle avec l’humoriste Samia Orosemane

Avec son one-woman show, « Femme de couleurs », Samia Orosemane, nouvelle artiste phénomène de la scène parisienne, nous entraîne dans son quotidien, entre sketches, imitations et personnages. L’humoriste aborde avec intelligence et sans vulgarité, tabous et communautarisme dans un spectacle drôle et chaleureux, porteur d’un message qui rassemble et prône le vivre ensemble. Piquante et pertinente, avec bienveillance et autodérision, cette jeune femme raconte ses choix, sa liberté, son amour du théâtre, des gens et de la vie, contredisant avec brio les stéréotypes. Une véritable bouffée d’énergie, de fraîcheur, et surtout de fous rires, à découvrir le 8 décembre à 20 h 00, à l’hôtel du Pic Blanc.

Show à partir de 12 ans 20 € l’entrée, 45 € entrée + dîner ; 160 € entrée + dîner + chambre

Infos au 06 60 98 79 94 ou 06 16 03 35 85

Réservations au http://www.billetreduc.com/173124/evt.htm ou http://www.hotel-picblanc-alpes.com/fr/offres-speciales

samia 8 decembre

Samia Orosemane light

14702381_1093488364105110_3870882277064297988_n

samia-orosemane-211657_w1000

Posté par sandrinedhuez à 11:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 novembre 2016

La nouvelle lecture à voix haute de Benoît Olivier

Vous souvenez-vous de ce moment fort en 2015 que nous avait offert Benoît Olivier, "Passeur vocal" sobre et pudique ?

Affiche AH (4)

Cette lecture fait partie d’une trilogie intitulée "Ma parole est donnée" :
L’Intranquille de Gérard Garouste et Judith Perrignon, Une cicatrice comme une autre d’Eva Thomas
, En finir avec Eddy Bellegueule d’Édouard Louis

Chaque récit a comme point de départ un chaos, raconte ensuite la reconstruction d’un être humain, sa volonté de vivre, et nous montre comment l’art, l’instruction, le désir de transmettre, l’érudition, le désir d’apprendre, l’esprit de résistance, l’ouverture aux autres cultures, l’éthique, la connaissance de soi… peuvent contribuer à l’épanouissement, et conduire à l’apaisement. La trilogie constitue une œuvre dense, traversée par une formidable énergie, véritable souffle de vie et d'espoir.

Le 25 Novembre, à 20h, sera lu "En finir avec Eddy Bellegueule" d'Edouard Louis, à La Maison pour Tous les 4 Montagnes de Villard de Lans

 

Olivier Benoit

 

Sylviane a assisté le 16 novembre, en avant-première, à la nouvelle lecture de Benoît Olivier à la Librairie Decître, "Les faibles et les forts", de Judith Perrignon (lecture avec l'accord de l'auteur, comme pour Gérard Garouste et Edouard Louis).
Cette lecture parle de la discrimination, envers les noirs américains. C'est un texte très fort et très émouvant.

4115fU3EYfL

Voici le retour de Sylviane :

Je ne connaissais pas ce roman de Judith Perrignon et je venais écouter cette lecture avec des a priori plus que favorables, après avoir lu, relu, écouté, réécouté le beau récit de" l’Intranquille" qu’elle avait écrit avec Gérard Garouste, hautement servi par le comédien Benoît Olivier.
Mais quand la barre est si haute, les prestations suivantes peuvent être périlleuses.

Après cette présentation de Benoît à l’invitation de la librairie Decitre mercredi 16 novembre, je sais que cette lecture fera un beau chemin et invitera chaudement à la lecture du roman dans son intégralité.

Une heure 30 d’écoute d’un roman bouleversant, polyphonique, à la chronologie bousculée, à la technique narrative très maîtrisée, intensément transmis par une voix qui ne trahit rien de la souffrance des laissés pour compte dans une Amérique où les clichés racistes sont proférés comme des évidences, où des humiliations ou des plaisirs refusés peuvent avoir un caractère de simple normalité, d’évidence abjecte, ou les stéréotypes se gravent de génération en génération. Roman universel sur fond d’esclavagisme et de ségrégationnisme. Les points de vue se succèdent, introduits par la seule citation du prénom des personnages, la violence physique et morale nous traverse, la grande Histoire et l’individuelle s’enchâssent douloureusement et l’on quitte la salle, révolté par le poids des réflexes imbéciles qui font qu’à notre époque, 60 % des enfants afro-américains ne savent pas nager…
L’émission radiophonique de la fin est un moment d’émotion et de prise de conscience intenses, tandis que l’énigmatique allusion à un certain Shine s’éclaire et se brise sur une formule cruellement et drôlatiquement acérée.

Un grand moment de lecture.
Le roman est paru en 2013, Benoît nous le livre à un moment où l’actualité lui donne un écho maximal.

Posté par sandrinedhuez à 15:08 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 novembre 2016

REGARDEZ GRATUITEMENT LE DOCUMENTAIRE DE LEONARDO DICAPRIO SUR LE RÉCHAUFFEMENT CLIMATIQUE

L’acteur américain Leonardo DiCaprio s’engage pour la planète. Pendant trois ans, il a parcouru le monde afin d’en apprendre plus sur les conséquences dramatiques du réchauffement climatique. De ce périple, National Geographic en a fait un documentaire, intitulé “Before The Flood”, traduit par “Avant le déluge”.

Ce documentaire « Before the Flood » (Avant le déluge) est disponible gratuitement sur Internet pendant une semaine, jusqu’au 6 novembre prochain. Réalisé par Fisher Stevens, ce film nous fait parcourir le monde aux côtés de l’acteur star Leonardo DiCaprio, narrateur et protagoniste, sensibilisant sur l’enjeu du changement climatique à travers des rencontres marquantes et des images époustouflantes. Nous vous laissons contempler la beauté de ce documentaire quelque peu alarmant.

Le but est clair : propager ce message écolo au plus grand nombre.

"Before the Flood" / "Avant le Déluge" - Leonardo DiCaprio & Fisher Stevens - Full Movie

Posté par sandrinedhuez à 10:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

L'art en Palabres de novembre : l'art de la flemmardise !

Après le championnat du monde de cache-cache en Italie (que les Français ont remportés cette année voir là), après les championnats de moustaches dont nous avions parlé , et autres championnats insolites ici ou ou encore , voici un concours de "rester couché" était organisé le 15 octobre au Monténégro.

Organisé à Donja Brezna, dans le nord du pays, ce concours unique en son genre a lieu chaque année, depuis cinq ans. Mais n’est pas feignant qui veut car le mot d’ordre a beau être de ne rien faire, les règles sont strictes et le niveau impressionnant.

14591815_1219811931374285_4514152182381654599_n

Les candidats ont pour mission de rester le plus longtemps possible allongés sur un matelas en mousse, fourni pour l’occasion. Sur sa page Facebook, Etno Village, le club de vacances qui organise la compétition explique : « Il faut rester allongé sans se lever, même pas pour aller aux toilettes. Mais il est autorisé de manger, de dormir, d’utiliser son ordinateur ou son smartphone. » La principale difficulté est donc de résister à l’appel des WC…


Le flemmard vainqueur touche 200 euros de récompense pour son apathique performance. Les participants en deuxième et troisième position ne reçoivent pas d’argent mais se voient offrir un repas copieux dans un restaurant local.


L’an passé, c’est un bosnien qui a remporté la palme d’or de la glandouille avec 33 heures et 30 minutes passées sans rien faire. Mais malgré cela, il n’a pas pu détrôner un certain Marko Djurovic qui détenu en 2014 le record de l’homme le plus fainéant avec 37 heures passées en glandouillant.
Malheureusement, les organisateurs n’ayant pas encore annoncé sur les réseaux sociaux le score du gagnant de cette année, on ne peut pas savoir si le record a été battu.


Et puisque cette année, la compétition a démarré la veille des élections parlementaires au Monténégro, les organisateurs un brin taquins ont invité "tous les représentants des partis politiques à venir participer à la compétition pour se reposer un peu et empocher de quoi rembourser leurs frais de campagne".

montenegro-concours-1-768x511

montenegro-concours-768x509

 

Mais l'art de ne rien faire peut être pris très au sérieux

L'art de la flemmardise a été décrypté dans "On est fait pour s'entendre" sur RTL le 8 février 2016

La paresse est sûrement le péché capital auquel on prête le moins d'attention. L'oisiveté, signe d'un statut social élevé à l'époque romaine, n'est plus aujourd'hui qu'un vilain défaut. Toutefois, certains font de la résistance et de nouveaux concepts voient le jour, comme la "Slow Life", qui laisse notre propre tempo nous guider. Si des penseurs tels Newton, Descartes ou Archimède ont eu leurs plus grandes révélations assis, comment ne pas encourager la flânerie et la procrastination ? L’oisiveté mérite-elle réellement d’être un péché capital et d’avoir si mauvaise presse ? La paresse n’a-t-elle pas quelques vertus ?

 

Et pour l’historien André Rauch, l’art de ne rien faire, talent mal reconnu aujourd’hui, peut pourtant servir de moteur dans la vie et affirme même que «LA PARESSE A ÉTÉ UNE FORCE RÉVOLUTIONNAIRE» !
Par Marie-Joëlle Gros le 14 novembre 2013 dans Libération

En faire le moins possible en attendant la retraite. S’adonner aux grasses matinées, toute la journée. Buller, autant que faire se peut, en laissant les autres s’agiter. C’est la règle de vie du paresseux. Un nuisible aux yeux de ceux qui voudraient lui botter le train ; un rebelle en lutte contre les cadences infernales pour ceux qui rêvent de l’imiter.

Il existe des vertus à paresser, soutient l’historien André Rauch qui y consacre un ouvrage, Paresse, histoire d’un péché capital. Pour décrypter ses représentations dans l’art, la littérature, bref, dans nos imaginaires, l’auteur n’a pas ménagé ses efforts. L’entreprise était risquée : «mentionner une thèse sur la paresse dans son CV n’aide pas à obtenir immédiatement un poste universitaire», souligne André Rauch. C’est un tort car le sujet ne recouvre pas un état futile et univoque, vite brossé, bien au contraire. Oisiveté, nonchalance, indolence, langueur… la paresse est tout cela à la fois. Pas seulement «l’oreiller du diable», un péché majeur, mais peut-être aussi un trait de caractère, une faute morale, voire une souffrance intérieure.

Epuisant ? Tel Alexandre le Bienheureux s’adressant à son fidèle compagnon, offrons-nous une petite pause :«Bouge pas comme ça, chien, tu me fatigues. […] Tiens, je m’en roule une, puis je vais me la faire moi-même, puis je vais prendre le temps de me la faire, puis je vais prendre le temps de me la fumer, puis je vais prendre le temps d’en profiter, et puis je vais prendre le temps.» Oui, prenons le temps d’un entretien pour tirer au flanc en connaissance de cause.

Paresser, est-ce toujours pécher ?
Le travail occupe aujourd’hui une telle position dominante que la paresse est réduite à l’oisiveté. Elle menace la prospérité d’une famille, le succès d’une entreprise ou la richesse d’une nation. Dans un monde où rien ne s’obtient sans le travail et la ruse, «la paresse est une faiblesse, une bêtise, une faute, une erreur de calcul», écrit par exemple le philosophe Raoul Vaneigem (dans Eloge de la paresse affinée, 1996).

Mais chaque époque a son paresseux. Au Moyen-Age, on parlait d’acédie. L’acédiaque, c’est le moine qui abandonne la prière. Attaqué par le démon, il renonce à lutter contre les mauvaises pensées. C’est un déserteur qui trahit sa foi.

La paresse a-t-elle une essence, est-elle bonne ou mauvaise ?
Tout dépend de celui qui parle. Si la paresse est ce moment privilégié lors duquel nous cessons de nous précipiter et de remplir notre emploi du temps pour laisser mûrir notre réflexion, alors elle est vertueuse. Dans le Diable au corps (paru en 1923), Raymond Radiguet a cette formule : «Si la jeunesse est niaise, c’est faute d’avoir été paresseuse.»

Elle peut donc servir de moteur dans une vie ?
Oui, et il suffit de relire l’incontournable pamphlet de Paul Lafargue, le Droit à la paresse, au début des années 1880, pour s’en convaincre. Membre de la Première Internationale et fondateur en France du Parti ouvrier, il prévient la classe des prolétaires : le travail effréné «est le plus terrible fléau qui ait jamais frappé l’humanité».

Si la paresse était jusque-là un refus individuel, elle devient la force révolutionnaire de tous les condamnés au travail forcé, car le travail n’enrichit pas toute la société, loin de là. La fortune que réalisent certains actionnaires et chefs d’entreprise oisifs appauvrit ceux qui produisent ces richesses. «Travaillez, travaillez, prolétaires, pour agrandir la fortune sociale de vos misères individuelles», clame-t-il avant de lancer cette invocation : «Ô Paresse, prends pitié de notre longue misère ! Ô Paresse, mère des arts et des nobles vertus, sois le baume des angoisses humaines !» Avec lui, la paresse n’est plus mère de tous les vices, mais vertu politique.

A croire que la paresse est de gauche...
Pas vraiment. Au cours de l’histoire, elle a basculé d’un camp à l’autre. Rappelons cependant que les Lumières ont condamné l’aristocratie qui s’accordait le privilège de ne pas avoir à travailler, peut-être s’inspirait-elle encore des rois fainéants.

Est-elle une garantie de bonheur ?
Non, car il n’y a pas que des paresseux heureux. Sans pays de cocagne, le paresseux souffre, il est mélancolique, amer, misanthrope. Il peut sombrer dans un abattement profond, un accablement venu d’on ne sait où et qui attaque à l’improviste. De cette bile noire, de cette mélancolie, quelques-uns sauront en faire une force créatrice, comme Baudelaire. Mais le bonheur…

Aura-t-on encore un jour le droit de paresser ?
Depuis l’invention et le succès des loisirs actifs, aux cadences elles aussi soutenues, la langueur est devenue l’allégorie contemporaine de la paresse. Elle conjugue apathie, passivité, désenchantement. On l’illustre souvent par le sommeil mais il n’a rien à voir avec les siestes crapuleuses des paysages impressionnistes. Ce sont des somnolences de la résignation, de la capitulation. Tout comme il faut savoir «désenchanter le travail», selon une expression de la sociologue Dominique Méda, pour jouir du repos sans culpabilité, il est nécessaire aussi de s’affranchir des prescriptions de la société des loisirs.

Posté par sandrinedhuez à 09:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :


01 octobre 2016

Visages des cimes, nouvelle version

Le projet "Visages de cimes", dont nous vous parlions ,  a pris un nouvel élan et a besoin de figurants !

LEP DL théâtre

Posté par sandrinedhuez à 20:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

Les membres de Livres et Palabres ont fait parler d'eux cet été…

Notre ami Michel et son personnage de colporteur…

LEP DL colporteur 2

LEP DL colporteur

La belle exposition Alpages de François

LEP DL expo francois

L'association d'Any qui soutient les peintres locaux depuis plus de 30 ans…

LEP DL pelle 1

LEP DL pelle 2

Posté par sandrinedhuez à 20:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

On en parle dans la presse : La pause culture du mois d'août

2016-0826 DL

Les colporteurs de livres à Huez

La pause culture de l’association Livres et Palabres s’est tenue mercredi sur la terrasse ombragée de Michel Bayard, ce comédien qui redonne vie aux colporteurs de l’Oisans. Il a d’ailleurs lu quelques savoureuses lettres précieusement sauvegardées de ces marchands ambulants du siècle dernier.

Ce dernier rendez-vous estival s’est prolongé bien au-delà de ce qui était prévu et, outre le partage des livres et le plaisir d’être ensemble, il a permis de dire au revoir à Pauline, la responsable du pôle culture, qui quitte la région pour d’autres missions. Le travail de médiatrice de Pauline a été unanimement reconnu, son professionnalisme, sa culture et sa gentillesse particulièrement appréciés et il a été évoqué quelques beaux moments vécus ensemble…

Quant aux livres, plus d’une vingtaine d’ouvrages ont été présentés, alternant commentaires et lectures d’extraits. Des dernières acquisitions de la bibliothèque à la redécouverte de Victor Hugo ou Pierre Michon, en passant par la littérature sud-américaine qui devrait être la prochaine sélection d’Al’pages, les participants ont fait le plein d’envies de lecture. De quoi tenir jusqu’au prochain rendez-vous…

2016-0824 DL - 1

2016-0824 DL - 2

2016-0824 DL - 3

2016-0824 DL - 4

Un rendez-vous impromptu mais savouré par les participants qui sont repartis avec des listes de livres à lire bien remplies…

Merci à Michel pour son accueil !

Posté par sandrinedhuez à 20:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 août 2016

La prochaine pause lecture d'août

RV pause lectures aout 2016

Posté par sandrinedhuez à 18:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

19 août 2016

Les livres, films et théâtre du mois d'avril 2016

2016-0411 DL

Le 8 avril, Anja, Bernard, Charlotte, Jacqueline, Jeanine, Jeanne, Michel, Patricia, Pauline, Renée, Sandrine et Sylviane se sont retrouvés à la bibliothèque pour la pause culture du mois d'avril.

Café littéraire (1) - 2 sur 11

Pauline a commencé par faire le point sur le projet " Visage des Cimes"
N.B. : depuis ce projet a considérablement été modifié et il est porté désormais par le club de théâtre de l’Alpe d’Huez


Sandrine a fait un bref récapitulatif de la belle journée de la francophonie avec le Triathlon des mots.
En info, pour ceux qui souhaiteraient prolonger les ateliers d’écriture, l’excellent site de la grenobloise Nicole Loynet.
Tisser les mots

Puis place aux livres, films et même pièces de théâtre


 

les vies multiples

Roman

Les Vies multiples d'Amory Clay de William Boyd

traduction d'Isabelle Perrin

Editeur : Seuil (8 octobre 2015)
Collection : Cadre vert
ISBN-10: 202124427X
ISBN-13: 978-2021244274

Présentation de l'éditeur
Au lendemain de la Première Guerre mondiale, Amory Clay, jeune bourgeoise anglaise, s'initie à Londres à la photographie. Lassée des portraits mondains, elle fréquente les milieux interlopes de Berlin, en rapporte des clichés sulfureux qui font scandale. Recrutée par un magazine de photomontage américain, elle s'installe à New York, où elle noue une amitié amoureuse avec un diplomate-écrivain français, puis convainc son patron et - amant - de créer un bureau à Londres qu'elle dirige. En 1936, lors d'une manifestation des fascistes d'Oswald Mosley, elle est passée à tabac, et est grièvement blessée. Séjour à New York à la veille de la guerre. Puis retour dans le Vieux Monde pour couvrir le Débarquement. Elle croise au milieu des ruines un bel officier et authentique lord écossais, Sholto, qu'elle épouse et suit dans son château. Deux jumelles naissent qui sèmeront la joie et le chaos. Abimé par la boisson et la culpabilité, Sholto meurt d'une crise cardiaque. Obligée de travailler, Amory renoue avec la photo et la notoriété au Vietnam puis se rend en Californie à la recherche de sa fille enrôlée dans une secte. Leurs retrouvailles virent au bain de sang. Septuagénaire, Amory vit recluse dans sa petite maison sur une île écossaise. Mélancolique et apaisée, elle revisite son parcours. Alors que la maladie gagne, elle envisage de se donner la mort.


Biographie de l'auteur
Né à Accra (Ghâna) en 1952, William Boyd a étudié à Glasgow, Nice, et Oxford, où il a également enseigné la littérature. Il est l'auteur de cinq recueils de nouvelles, récits ou essais, et de douze autres romans. Il est marié et partage son temps entre Londres et la Dordogne.

L'avis des lecteurs   057

Bien écrit et agréable à lire, ce roman de Boyd nous entraîne dans une fausse biographie tout à fait réaliste, traversant tout le XXe siècle en photographiant les épisodes plus ou moins connus de ce siècle. Une belle figure de femme, fictive mais inspirée par les artistes cités en fin d’ouvrage. Un voyage dans le temps à travers la photographie…


 ahlam

Roman

Ahlam de Marc Trévidic

Editeur : JC Lattès (6 janvier 2016)
Collection : Littérature française
ISBN-10: 2709650487
ISBN-13: 978-2709650489

Présentation de l'éditeur
Lorsqu’en 2000 Paul, célèbre peintre français, débarque aux Kerkennah en Tunisie, l’archipel est un petit paradis pour qui cherche paix et beauté. L’artiste s’installe dans « la maison de la mer », noue une forte amitié avec la famille de Farhat le pêcheur, et particulièrement avec Issam et Ahlam, ses enfants incroyablement doués pour la musique et la peinture. Peut-être pourront-ils, à eux trois, réaliser le rêve de Paul : une œuvre unique et totale où s’enlaceraient tous les arts.

Mais dix ans passent et le tumulte du monde arrive jusqu’à l’île. Ben Ali est chassé. L’islamisme gagne du terrain. L’affrontement entre la beauté de l’art et le fanatisme religieux peut commencer.

Biographie de l'auteur
Marc Trévidic, juge d’instruction au pôle antiterroriste du Tribunal de Grande Instance de Paris, est l’un des meilleurs spécialistes des filières islamistes. Il est l'auteur de deux ouvrages très remarqués, Au cœur de l’antiterrorisme et Terroristes, tous deux publiés chez Lattès en 2010 et 2013, Marc Trévidic est également président de l’AFMI, Association Française des Magistrats Instructeurs.

L'avis des lecteurs   057

Fort de son expérience, Marc Trevidic dresse un tableau sans complaisance sur la montée de l’islamiste, mais avec une plume romanesque sensible. Ahlam est une histoire dérangeante où l’amour ne peut survivre face à l’obscurantisme, entre vision poétique du Maghreb de l’amour et de l'art, et description glaçante des mécanismes d’emprise des milieux fanatiques.. Ce n’est pas alambiqué et c’est bien étudié, et laisse le lecteur se faire son opinion sur les rapports décrits, en particulier avec les enfants, là où il veut les emmener.

Le tout sur fond de synesthésie, l’association entre la musique et la peinture…


 les corps de verre

Roman policier

Les Corps de verre: Mélancolie noire de Erik Axl Sund

Traduction de Rémi Cassaigne

Editeur : Actes Sud Editions (7 octobre 2015)
Collection : Actes noirs
ISBN-10: 2330056567
ISBN-13: 978-2330056568

Présentation de l'éditeur
Un peu partout en Suède, des jeunes mettent fin à leur vie. Une vague de suicides décidément étrange : chaque fois, les procédés choisis sont déroutants, les mises en scène horriblement méticuleuses... On charge l'inspecteur Jens Hurtig d'enquêter. Bientôt la police découvre qu'au moment de passer à l'acte les victimes écoutaient une cassette, une mixtape unique créée pour l'occasion par un obscur musicien underground. La durée de chaque enregistrement correspond à la date d'anniversaire de la personne à laquelle elle est destinée. Puis c'est une série de meurtres bestiaux qui vient faire déborder les casiers de la criminelle. Quand Hurtig finira par comprendre que ces crimes ont un lien avec les suicides, il sera peut-être déjà trop tard... Les Corps de verre est un thriller sombre et troublant dans lequel la musique scande les impasses du désir, les souffrances de l'amour et les affres de la vengeance. A travers les parcours d'adolescents à fleur de peau, Erik Axl Sund nous donne à voir la singulière atrocité de notre monde.


Biographie de l'auteur
Erik Axl Sund est le nom de plume du duo formé par Jerker Eriksson (né en 1974) et Hakan Axlander Sundquist (né en 1965). Hakan est ingénieur du son, musicien et artiste. Ancien bibliothécaire de prison, Jerker est producteur du groupe électro-punk de Hakan, iloveyoubaby!. Déjà parue chez Actes Sud, la trilogie Les Visages de Victoria Bergman comprend Persona (2013), Trauma (2014) et Catharsis (2014). Les Corps de verre est le premier volet indépendant d'une nouvelle trilogie autour du thème de la mélancolie.

L'avis des lecteurs   007

Un polar très violent, trop, et c’est un peu dommage car ce n’est pas sans intérêt. Très mélancolique aussi, c’est le cœur de la trilogie. L’ambiance assez malsaine est bien retranscrite, et on finit par s’attacher à ces jeunes paumés autodestructeurs. L’écriture est surprenante, avec une narration décousue, par brefs chapitres et un dénouement sans complaisance, transgressant les conventions du genre.


 love star

Roman

LoveStar de Andri Snaer Magnason

Traduction d'Eric Boury

Editeur : Zulma (8 janvier 2015)
Collection : LITTERATURE
ISBN-10: 2843047005
ISBN-13: 978-2843047008

Présentation de l'éditeur
"Peu de temps après que les mouches à miel eurent colonisé Chicago, les papillons monarques furent saisis d'un étrange comportement. [...] Au lieu d'aller vers le sud rejoindre leurs quartiers d'hiver, ils se dirigèrent vers le nord." C'est ainsi que s'ouvre le roman, fable imaginative et pourtant étrangement familière, tenant à la fois de Calvino et des Monty Python. Face à la soudaine déroute de toutes sortes d'espèces volantes, le génial LoveStar, vibrionnant et énigmatique fondateur de l'entreprise du même nom, invente un mode de transmission des données inspiré des ondes des oiseaux, libérant d'un coup l'humanité, pour son plus grand bonheur, de l'universelle emprise de l'électronique. Et développant au passage quelques applications aussi consuméristes que liberticides... Avec des hommes et des femmes ultra connectés payés pour brailler des publicités à des passants ciblés, le système ReGret, qui permet "d'apurer le passé", ou le rembobinage des enfants qui filent un mauvais coton. Autre innovation, et pas des moindres, en faveur du bonheur humain : les âmes soeurs sont désormais identifiées en toute objectivité par simple calcul de leurs ondes respectives. Quand Indriði et Sigríður, jeunes gens par trop naïfs et sûrs de leur amour, se retrouvent "calculés", ils tombent des nues : leur moitié est ailleurs. Les voilà partis, Roméo et Juliette postmodernes contrariés par la fatalité, pour une série de mésaventures cocasses et pathétiques, jusqu'à ce que leur route croise celle de LoveStar lui-même, en quête de son ultime invention...


Biographie de l'auteur
Andri Snaer Magnason est né à Reykjavík en 1973. Poète, dramaturge, essayiste, nouvelliste remarqué très tôt, il est aussi l'auteur d'un livre pour la jeunesse, les Enfants de la planète bleue (Gallimard, 2003), traduit en vingt-six langues. LoveStar est son premier roman. Il a déjà été publié en Allemagne et aux Etats-Unis.

L'avis des lecteurs  055

LoveStar, de l’islandais Andri Snær Magnason est une dystopie qui, treize ans après sa parution d’origine est enfin traduite en français. Beaucoup d’idées, parfois surréalistes, pour décrire une société "paradisiaque". Malgré l’ironie et l’humour noir, la construction reste bancale. Peut-être à réserver aux amateurs de SF. 


 kinderland

Bandes dessinées

Kinderland de Mawil

Traduction de Derouet Paul

Editeur : Gallimard Jeunesse (14 novembre 2014)
Collection : Bandes dessinées hors collection
ISBN-10: 2070663108
ISBN-13: 978-2070663101

Présentation de l'éditeur
Berlin-Est, 1989. À l'ombre du Mur, la bataille fait rage. Mirco le trouillard et Torsten le rebelle affrontent les brutes du collège dans un match de ping-pong épique. Smashant les balles comme s'il y allait de leur vie, ils ne voient pas que le monde qui les entoure s'apprête à s'écrouler.Avec verve et humour, Mawil raconte l'Allemagne de l'Est de son enfance, jusqu'à la chute du Mur.


Biographie de l'auteur
Mawil naît en 1976 à Berlin-Est. Il est encore sur les bancs de l'école lorsqu'il crée ses premiers strips, qui paraîtront plus tard dans des fanzines. Après la chute du mur, il obtient son diplôme de graphisme grâce à une bande dessinée intitulée «On peut toujours rester amis». Il devient alors l'un des auteurs allemands les plus productifs de sa génération et un élément fédérateur de la scène berlinoise, notamment en créant les collectifs Monogatari et BerlinComix. Ses histoires à tendance autobiographique ont pour sujets de prédilection les frustrations et les expériences ratées qu'il raconte avec un ton doux-amer et plein d'humour. Celui que la presse a qualifié de «Woody Allen de la bande dessinée locale» partage aujourd'hui son temps entre l'illustration pour la presse, l'enseignement, les interventions pour l'institut Gœthe et bien sûr, la bande dessinée.

L'avis des lecteurs   057

Une tranche de vie jubilatoire racontant la chute du mur de façon très originale et humaine. En effet, cet épisode de l'histoire européenne passe pratiquement inaperçue pour des enfants de l'Est plus occupés par leur match de ping-pong que par la politique !  La chute du Mur va à la fois tout et ne rien changer. On sent le vécu, le ton est juste, le dessin dynamique et le regard de l'auteur est plein de tendresse pous ces personnages, avec en fond, juste ce qu'il faut d'allusions aux difficultés à vivre dans Berlin-est.


Monsieur Han

Roman

Monsieur Han de Sok-Yong Hwang

Traduction de Choi Mikyung et Jean-Noël Juttet

Editeur : Zulma (14 octobre 2010)
Collection : LITTERATURE
ISBN-10: 2843045231
ISBN-13: 978-2843045233

Récit saisissant de la vie d'un médecin pendant la guerre de Corée, Monsieur Han est une oeuvre charnière dans la littérature coréenne contemporaine. Séparé de sa famille, brutalement plongé dans un univers de corruption et de suspicion, Mr Han est confronté aux effets pervers de sa nouvelle situation. À travers ses tribulations, Hwang Sok-yong dresse le portrait d'un monde divisé entre Nord et Sud, en pleine tourmente idéologique, entre soumission et trahison, lucidité parfois cruelle et pur idéalisme. D'où la beauté pathétique de son personnage, Candide pris malgré lui dans l'engrenage de l'Histoire.

Biographie de l'auteur
Hwang Sok-yong, né en 1943, fait sûrement partie des plus grands écrivains asiatiques de sa génération. Il a produit une oeuvre qui reflète les tourments traversés par la Corée. Son engagement lui a valu l'exil et la prison. La plupart de ses romans, comme le Vieux Jardin ou Shim Chang, fille vendue, sont lus dans le monde entier.

Très ancrée dans l'histoire contemporaine de la Corée, son œuvre est toujours d'une vibrante actualité politique. Et les critiques littéraires coréens voient volontiers dans quelques scènes de Monsieur Han certaines des plus belles pages de la littérature coréenne contemporaine.

L'avis des lecteurs   057

C'est une très bonne entrée dans la littérature coréenne qui est à l'honneur cette année avec le coup de cœur d'Al'Pages. Cette histoire passionnante décrit la Corée à travers l’histoire d’un homme dont la vie est aussi complexe que sa patrie.


dans les poches d'Alice

Album jeunesse

Dans les poches : D'Alice, Pinocchio, Cendrillon, et les autres... de Isabelle Simler

Editeur : Editions courtes et longues (27 août 2015)
Collection : ALBUMS
ISBN-10: 2352901510
ISBN-13: 978-2352901518

Présentation de l'éditeur
Alice, Cendrillon, les Trois Ours, le Petit Poucet, Pinocchio et Gepetto, nous connaissons tous leur histoire. Mais une question se pose : qu'avaient-ils donc dans leurs poches ? Isabelle Simler s'est penchée sur la question. Rien de bien étonnant à trouver des cailloux dans les poches du Petit Poucet ou bien une clef dans celle d'Alice. Mais leurs poches sont aussi pleines de secrets. Y entrer, c'est découvrir qui ils sont et voir le monde intérieur qu'ils emportent partout avec eux. Avec cet album plein d'humour, immense hommage à tous ces héros de notre enfance, on redécouvre les contes les plus célèbres par une nouvelle porte d'entrée, originale et intime : à qui appartiennent ces poches ? On joue à deviner le propriétaire de tous ces petits objets si importants. Isabelle Simler déploie toujours une poésie sans limites, et nous fait regarder par le trou de la serrure les véritables personnalités de nos personnages de contes favoris.


Biographie de l'auteur
Isabelle Simler est l'auteur du très populaire Plume (mai 2012, 2 réimpressions), de La Toile (mars 2013, 1 réimpression), Tête-à-tête avec mon chat, Des Vagues et Le Caillou de Ferdinand. Elle est également la graphiste et l'illustratrice des cahiers d'activités A la mode impressionniste, Au jardin avec Le Nôtre et Ma Chambre des merveilles, En scène avec les démons princes et princesses de l'Asie. Heure Bleue et Le Cahier de Plume & Compagnie, ses derniers livres en date (mars 2015), reçoivent un très bel accueil du public.

L'avis des lecteurs   057

Un livre intergénérationnel absolument charmant et qui peut se jouer avec les enfants. L'idée est très originale, servie par des illustrations soignées. Un beau livre qui fait fonctionner l'imagination et ravive la mémoire.

Voir aussi les livres d'art de Lavater sur les contes absolument remarquables tant dans la création que dans la mise à nu de la structure des contes, ouvrant la lecture à tous, quels que soient l’époque, la nationalité et l’âge :

le petit chaperon

Livre d'art

Le Petit Chaperon rouge de Charles Perrault, création de Warja Lavater

Edité par Adrien Maeght Editeur, Paris (1965)

Sortie en braille chez l'Editeur : Les Doigts qui rêvent (1 janvier 2009)

L’artiste Warja Lavater a publié chez Adrien Maeght éditeur, un étrange petit livre consacré au Petit Chaperon rouge. Premier d'une série d'adaptations des contres de Perrault et des Grimm, ce livre-objet marque une étape supplémentaire dans l'appropriation par des artistes des contes de fées. Véritable provocation pour le conte issu de l'oralité, l'ouvrage ne comporte aucun texte, hormis la légende. Warja Lavater a remplacé le texte du conte par une longue bande de 4,74 mètres de long, couverte de points de couleurs, ce qui permet d'appréhender toute l'intrigue d'un coup d'œil. Chaque personnage, chaque élément de décor, chaque action est représenté par un signe selon un code annoncé en préambule, dans un processus qui tend à l'abstraction. La bande se replie en accordéon pour former des doubles pages (leporello ou livre acordéeon).

Warja Lavater s’est livrée au même exercice avec Blanche-Neige, Cendrillon ou Le Petit Poucet selon un principe identique.
Ces livres sont conservés à la Bibliothèque nationale de France.

086_1

Table des légendes du Chaperon de Lavater

086_2

C’est ainsi que le petit Chaperon rouge quitte sa mère à la porte de la maison

086_3

qu’il rencontre le loup dans la forêt


31+9AWP2vOL

Essai

L'autre Dieu: La plainte, la menace et la grâce de Marion Muller Colard
Editeur : Labor et Fides (27 août 2014)
Collection : Petite Bibliothèque de spiritualité
ISBN-10: 2830915542
ISBN-13: 978-2830915549
Présentation de l'éditeur
Dans ce texte mêlant le récit personnel, la méditation et une relecture spirituelle du livre de Job, Marion Muller-Colard donne à entendre la foi comme une audace. De son expérience de pasteur en milieu hospitalier, elle retient la plainte existentielle de patients soudain privés des repères d'un Dieu avec lequel ils croyaient pourtant avoir passé un contrat. Relisant sa propre expérience de la menace au chevet d'un de ses fils gravement malade, elle part en quête d'une foi qui ne soit plus l'assurance illusoire d'être mis à l'abri du sort et des aléas. En cheminant avec Job, dont elle est spécialiste, l'auteur interroge la possibilité de se délester de la culpabilité et de la pensée magique pour se risquer à une confiance sans filet : celle en l'Autre Dieu. Au-delà de la plainte et de la menace, Marion Muller-Colard fait miroiter la grâce dans ce texte très incarné, composé pour tout lecteur en recherche d'une pensée théologique originale, accessible et exigeante.

Biographie de l'auteur
Théologienne protestante, Marion Muller-Colard a été aumônier d'hôpital avant de se consacrer entièrement à l'écriture. Chroniqueuse dans la rubrique spirituelle du journal Réforme, elle a notamment publié Prunelle de mes yeux (Gallimard, coll. Folio junior, 2011) et Le Professeur Freud parle aux poissons (Les petits Platons, 2014).

L'avis des lecteurs   057Le sujet pourrait paraître difficile, mais non, et ce petit livre peut faire du bien à certains moments de la vie. Il apporte une réponse à "Pourquoi moi ?", "c’est injuste". Un livre limpide qui n’encombre pas avec sa spiritualité. L’Autre Dieu n’est pas un traité théologique ou philosophique, mais une profonde méditation.


un silence religieux

Essai

Un silence religieux : La gauche face au djihadisme de Jean Birnbaum
Editeur : SEUIL (7 janvier 2016)
Collection : H.C. ESSAIS
ISBN-10: 2021298396
ISBN-13: 978-2021298390
Présentation de l'éditeur
Alors que la religion redevient partout une force politique, la gauche semble désarmée pour affronter ce retour de flamme. C'est qu'à ses yeux, le plus souvent, la religion ne représente qu'un simple symptôme social, une illusion qui appartient au passé.
Incapable de prendre la croyance au sérieux, comment la gauche comprendrait-elle l explosion du fondamentalisme ? Comment pourrait-elle admettre que le djihadisme soit aujourd hui la seule cause pour laquelle des milliers de jeunes Européens sont prêts à aller mourir loin de chez eux ? Et comment accepterait-elle que ces jeunes sont loin d être tous des déshérités ?
Là où il y a de la religion, la gauche ne voit pas trace de politique. Dès qu'il est question de politique, elle évacue la religion. Bref, elle n'envisage plus la possibilité de cette puissance qui domina si longtemps l'Occident et que le philosophe Michel Foucault nommait la « politique spirituelle ». Voilà pourquoi, quand des tueurs invoquent Allah pour semer la terreur en plein Paris, le président socialiste de la France martèle que ces attentats n'ont « rien à voir » avec l'islam.
Éclairant quelques épisodes-clefs de cet aveuglement (de la guerre d Algérie à l'offensive de Daech en passant par la révolution islamique d Iran), ce livre analyse, de façon vivante et remarquablement documentée, le sens d un silence qu il est urgent de briser.
Biographie de l'auteur
Jean Birnbaum dirige le "Monde des livres". Il est l auteur de plusieurs essais, tous parus chez Stock, parmi lesquels : Leur jeunesse et la nôtre : l espérance révolutionnaire au fil des générations (2005) et Les Maoccidents : un néoconservatisme à la française (2009).
L'avis des lecteurs   057

Livre passionnant et pas difficile à lire.
Cet essai tente de nous faire réfléchir sur les difficultés des "gauches" françaises à se positionner face à la montée ses salafisme, djihadisme et autres islamismes.

Face à cette sentence, trop simpliste de nos politiques : "cette violence terroriste n’a rien à voir avec l’Islam" "attention aux amalgames", l’auteur constate qu’aucune voix de gauche et/ou intellectuelle n’oppose cette idée, qu’au contraire, cette forme radicale de la pensée islamique est tout à fait et complètement religieuse et, ce faisant, elle démontre une fois de plus son désarroi face aux religions en général et à l’islam en particulier. Il n’y a pas l’Islam d’un côté et les extrémistes de l’autre, mais une religion conquérante.

Ce désarroi ne date pas d’hier et l’auteur tente de démontrer à travers les positionnements de la "gauche" depuis l’instauration de la laïcité, en confondant la garantie de la liberté religieuse et l’opposition à cet "opium du peuple" de la classe ouvrière.

Désarroi ensuite de la "génération FLN" qui, espérant une révolution algérienne libératrice des opprimés autochtones, se voit écartée violemment d’un parrainage naïf à sa mise en œuvre par les nouveaux dirigeants qui estiment que cette révolution est d’abord sous-tendue par les préceptes islamiques avant d’être sociale ou communautaire et surtout pas marxiste.

Désarroi encore plus marqué par la révolution islamique en Iran qui stupéfie la gauche occidentale qui se réjouissait du départ du Shah, oppresseur sanguinaire à la solde de l’impérialisme américain et qui voit, avec un appui populaire très fort, s’installer une dictature islamique, rétrograde et radicale.

Et enfin, après une leçon de marxisme appliquée rappelant le trouble de Marx lui-même face à la religion, le coup de grâce porté à la gauche suite à l’explosion des gauches extrêmes par le missile destructeur de la candidature d’une femme "voilée" du NPA (Besancenot) dans le Vaucluse.


Je laisse la conclusion à votre lecture et à votre réflexion. Le débat est loin d’être clos.


à la lumière d'hiver

Poésie

A la lumière d'hiver de Philippe Jaccottet
Editeur : Gallimard (15 février 1994)
Collection : Poésie/Gallimard
ISBN-10: 2070328228
ISBN-13: 978-2070328222
«Autrefois,moi l'effrayé, l'ignorant, vivant à peine,me couvrant d'images les yeux,j'ai prétendu guider mourants et morts.Moi, poète abrité,épargné, souffrant à peine,aller tracer des routes jusque-là !À présent, lampe soufflée,main plus errante, qui tremble,je recommence lentement dans l'air.»
L'avis des lecteurs   057Philippe Jaccottet est l’un des rares poètes à la Pléiade. C’est un véritable bain de nature et de poésie, tout en retenue et subtilité. Ce poète contemporain majeur, né en 1925, est une grande voix de la poésie. Ses poèmes s’énoncent juste au-delà de la prose et en deçà du chant, ayant retenu les leçons des poètes du passé et de l’histoire du XXe siècle. C’est un lyrisme atténué, mais un lyrisme quand même en cela que parole d’espoir et discret enchantement du réel qu’il authentifie. La vie et la mort y sont les deux faces de l’être, traitées avec la même intensité et avec le même dépouillement des formules. Point ici de verve automatique ou de déconstruction dans les vocables, mais des mots refaits à neuf car toujours ressaisis avec tendresse et respect : oiseaux, fleurs, fruits, lumière, murmures, mort…

 160329_

Théâtre

Je suis Fassbinder

texte Falk Richter, traduction Anne Monfort, mise en scène Stanislas Nordey et Falk Richter

Falk Richter et Stanislas Nordey ont en commun un engagement de la parole, une urgence à dire, une vision critique du monde. L’auteur dramatique allemand et le metteur en scène français n’en sont pas à leur première œuvre « à quatre mains ». Il y a d’abord eu Das System (2008), spectacle-fleuve mettant en scène le système politico-médiatique dans lequel nous baignons. Puis, avec My Secret Garden (2010), Richter et Nordey ont conçu une performance mêlant histoire personnelle et histoire nationale.
S’ils convoquent à présent Rainer Werner Fassbinder, c’est moins pour en faire l’hagiographie que pour sonder ce qu’il bouscule encore en nous. Auteur, acteur, cinéaste emblématique des années 70, Fassbinder était foncièrement transgressif : il a su s’emparer des tabous moraux et sociaux, les exposer, les retourner comme des gants. Ses œuvres, à la fois underground et populaires, interrogent la position de l’artiste aujourd’hui, sa liberté de création, son rapport à l’autocensure : que peut-il (encore) s’autoriser à dire ?


« S’il y a quelque chose que je veux aujourd’hui, c’est vraiment encore raconter des histoires, raconter des histoires dont je trouve important, important et passionnant, qu’on les raconte. Et important pas seulement au sens où ces histoires retourneraient le couteau dans telle ou telle plaie de la société, mais au sens où – et je trouve cette formulation très importante – elles donnent de la liberté aux gens et leur donnent envie de formuler leurs souffrances. »
Rainer Werner Fassbinder

 L'avis des lecteurs   057

Voici ce que Brigitte Salino du Monde en dit : "Falk Richter et Stanislas Nordey tentent de chroniquer l'actualité européenne en s'inspirant du cinéaste allemand. C' est un spectacle choc, qui parle de ce que l'on vit en Europe aujourd'hui, avec au centre la France et l’Allemagne. La montée des nationalismes, les poussées de l'extrême droite, les attentats de Paris, la manifestation contre le mariage pour tous, les viols de Cologne, la crise des réfugiés ... tout y est abordé d'une manière frontale, dans une ambiance souvent proche de l'implosion et sous un titre en forme de manifeste: Je suis Fassbinder. (…)
(…) C'est un théâtre qui cogne, convoque Angela Merkel, François Hollande ou Marion Maréchal Le Pen (…)"

Spectacle passé à la MC2 et qui bouscule.


la fueur

Théâtre

Fureur de Victor HaÏm

Mise en scène : Stéphanie WURTZ
Distribution : Benjamin BOLLEN

Haim

Abraham et Samuel, Comment harponner le requin, La visite de Victor Haïm

EAN13 : 9782749809298
ISBN : 978-2-7498-0929-8
Éditeur : Avant-scène
Date de publication : 10/2004
Collection : Collection des quatre-vents
L'avis des lecteurs   057
À l'occasion de cette nouvelle mise en scène de fureur, un auteur à re-découvrir : Victor Haïm possède l'art du dialogue et de mettre en opposition les choses.
Victor Haïm a la réputation d’être un auteur plutôt engagé, mais avec un certain recul, une dose d’ironie mêlée de scepticisme. Dans ses pièces, le ton est comique et le fond est tragique.

 no land's song

Film

NO LAND'S SONG d'Ayat Najafi

Date de sortie 16 mars 2016

Avec Sara Najafi, Parvin Namazi, Sayeh Sodeyfi
Genres Documentaire, Musical

 

En Iran, depuis la révolution de 1979, les femmes n'ont plus le droit de chanter en public en tant que solistes.
Une jeune compositrice, Sara Najafi, avec l'aide de trois artistes venues de France (Elise Caron, Jeanne Cherhal et Emel Mathlouthi), va braver censure et tabous pour tenter d'organiser un concert de chanteuses solo.

Genèse

Sara Najafi a eu l'idée en 2009 de contourner la loi interdisant aux femmes de chanter sur scène devant un public composé d'hommes, en organisant un concert officiel de chanteuses filmé par son frère Ayat Najafi. C'est ainsi qu'est né No Land's Song.
Censure obligatoire

Sara Najafi est habituée à travailler avec la censure ; elle monte également des pièces de théâtre à Téhéran et s'attache dans son travail à composer avec les contraintes auxquelles elle est régulièrement confrontée pour mieux les déjouer. C'est pourquoi le concert qu'elle tente d'organiser doit être avalisé par les autorités iraniennes dans No Land's Song.

L'avis des lecteurs   057

Un beau documentaire instructif, courageux, émouvant sur ces chanteuses iraniennes qui, hier comme aujourd'hui, défient les interdictions pour faire entendre leurs voix. Le combat de Sara Najafi devant la caméra de son frère, Ayat Najafi, est splendide, se servant de la musique comme d'une passerelle entre l'Orient et l'Occident, comme arme non violente contre le pouvoir contraignant, mais aussi et surtout arme d'émancipation des femmes. La cause est belle, le doc parfaitement scénarisé, les musiques superbes, les choix de mise en scène intelligents. C’est finalement un film tout simple mais bouleversant et qui donne la pêche !


mustang

Film

 MUSTANG de Deniz Gamze Ergüven

Date de sortie 17 juin 2015

Avec Güneş Nezihe Şensoy, Doğa Zeynep Doğuşlu, Elit İşcan

 

C'est le début de l'été.
Dans un village reculé de Turquie, Lale et ses quatre sœurs rentrent de l’école en jouant avec des garçons et déclenchent un scandale aux conséquences inattendues.
La maison familiale se transforme progressivement en prison, les cours de pratiques ménagères remplacent l’école et les mariages commencent à s’arranger.
Les cinq sœurs, animées par un même désir de liberté, détournent les limites qui leur sont imposées.

L'avis des lecteurs   057
Un film dont on a déjà parlé , et qui est désormais en dvd à la bib !

entre les murs

Film (adapté du livre de François Bégaudeau aux éd. Verticales)

ENTRE LES MURS de Laurent Cantet
Date de sortie 24 septembre 2008

Avec François Bégaudeau, Agame Malembo-Emene, Angelica Sancio
François est un jeune professeur de français dans un collège difficile. Il n'hésite pas à affronter Esmeralda, Souleymane, Khoumba et les autres dans de stimulantes joutes verbales, comme si la langue elle-même était un véritable enjeu. Mais l'apprentissage de la démocratie peut parfois comporter de vrais risques.
L'avis des lecteurs   057
Le livre avait soulevé bien des débats à sa sortie. Là, on reparle du film. Le thème paraît vu et revu, mais Entre les murs rend bien  compte d’un sujet qui dérange et d’une triste réalité. Pas de réponse, ni de solution, juste un affligeant constat. Le parti pris de filmer presque comme un documentaire est ingénieux. 

ida

Film

IDA de Pawel Pawlikowski

Date de sortie 12 février 2014

Avec Agata Kulesza, Agata Trzebuchowska, Halina Skoczynska

 

Dans la Pologne des années 60, avant de prononcer ses voeux, Anna, jeune orpheline élevée au couvent, part à la rencontre de sa tante, seul membre de sa famille encore en vie. Elle découvre alors un sombre secret de famille datant de l'occupation nazie.

L'avis des lecteurs   057
Déjà évoqué . Un film puissant, en noir et blanc qui bénéficie d’une réalisation sobre, épurée et soignée. Peu de mots, pas de sensiblerie. L’histoire dans l’Histoire.
Dans le même registre, sur la douloureuse histoire de la Pologne voir Les Innocentes, un beau film, fort, d’une sobriété et d’une pudeur rares chez Anne Fontaine, avec une atmosphère là aussi puissante. Ce drame tiré de faits réels est à la fois dur et touchant sur la puissance de la foi, de la vocation, du sort des femmes en temps de guerre.
les innocentes

Film

LES INNOCENTES d'Anne Fontaine
Date de sortie 10 février 2016
Avec Lou de Laâge, Vincent Macaigne, Agata Buzek
Pologne, décembre 1945.
Mathilde Beaulieu, une jeune interne de la Croix-Rouge chargée de soigner les rescapés français avant leur rapatriement, est appelée au secours par une religieuse polonaise.
D’abord réticente, Mathilde accepte de la suivre dans son couvent où trente Bénédictines vivent coupées du monde. Elle découvre que plusieurs d’entre elles, tombées enceintes dans des circonstances dramatiques, sont sur le point d’accoucher.
Peu à peu, se nouent entre Mathilde, athée et rationaliste, et les religieuses, attachées aux règles de leur vocation, des relations complexes que le danger va aiguiser...
C’est pourtant ensemble qu’elles retrouveront le chemin de la vie.

Et l'on termine par une belle lecture à voix haute de notre ami comédien Michel Bayard de quelques nouvelles tirées de son ouvrage "Les petits fantômes"

les petits fantomes

Café littéraire (1) - 10 sur 11

Café littéraire (1) - 4 sur 11

Posté par sandrinedhuez à 09:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,