logo maison de l'image

APPEL À PHOTOGRAPHES 2017

Quartiers du monde

da50e01dc6b2e758f141c3c28a34955f

Le Mois de la Photo, événement annuel porté par la Maison de l'Image reviendra du 1er au 26 novembre 2017 pour sa cinquième édition, avec pour thématique :

 

QUARTIERS DU MONDE

L’invitation est de parcourir la ville à partir des quartiers qui l’animent. Un regard qui traverse les stratifications et les transformations d’un paysage urbain tout en interrogeant les habitants qui le peuplent. Le défi est de chercher l’âme de ces lieux parfois enfouie, mettre à jour les racines et sentir le pouls, la sève ou les flux à l’œuvre.
Il s’agit d’en comprendre les limites tangibles, temporelles mais aussi imaginaires. Villes et quartiers du monde par-delà les frontières mais aussi d’ici s’exposent afin de croiser les histoires humaines. Le récit de votre point de vue énoncera un regard documentaire, poétique, plasticien ou encore politique. 

Comme chaque année, la Maison de l'Image a à cœur de mettre en valeur des talents émergents et vous propose donc de participer à cet événement en répondant à l'appel à photo.

Télécharger l'appel de candidature

Date limite de remise des dossiers :
Le vendredi 30 juin 2017 



PETER BAUZA

Pour la cinquième édition du Mois de la photo de Grenoble, l’artiste mis à l’honneur est Peter Bauza , photographe allemand reconnu à l’échelle internationale, récompensé par de nombreux prix, parmi lesquels Visa pour l’Image 2016, Word Press Photo 2017.
Il est membre de l’agence Echo Photojournalism et est l’un des photographes les plus engagés et sensibles de notre époque. Particulièrement intéressé par les cultures minoritaires et le développement durable, son travail porte sur des thématiques sociales et géopolitiques sous forme de documentaire et de récit de vie.

Copacabana Palace

Le travail présenté à l’Ancien musée de peinture à l’automne prochain, est l’histoire d’un projet immobilier jamais abouti à l’ouest de la banlieue de Rio de Janeiro. Il a de nombreuses appellations, telles que Jambalaya, Carandiru et Copacabana Palace, d’après le célèbre hôtel de luxe sur la plage de Copacabana. Les six immeubles sont devenus un refuge empli d’espoir pour quelques 300 familles “sem teto, sem terra”, “sans toit ni terre”.
À travers cette série, Peter Bauza tire un portrait sensible de leurs vies, de leurs moments quotidiens de joie et de chagrin, de leurs besoins et illusions, tout en mettant en valeur la beauté et la force d’une communauté qui a émergé de ces circonstances précaires.
Copacabana Palace, c’est l’exemple typique de la lutte pour la survie que mènent des millions de brésiliens dans des situations similaires, alors que le pays traverse l’une de ses plus sévères crises économiques et politiques, trop occupé à dépenser des milliards en infrastructures pour un évènement sportif mondial.

A découvrir du 1er au 26 novembre 2017